Technologies

Culture de variétés de riz adaptées aux Rizières à Mauvaise Maitrise d'Eau ou RMME [Madagascar]

Fambolena vary amin'ny tany saro-drano (Kapilavaky)

technologies_6476 - Madagascar

État complet : 90%

1. Informations générales

1.2 Coordonnées des personnes-ressources et des institutions impliquées dans l'évaluation et la documentation de la Technologie

Personne(s)-ressource(s) clé(s)

exploitant des terres:

RAVELO Francois

Madagascar

exploitant des terres:

FARANTSA

Madagascar

exploitant des terres:

DEZY Honoré

Madagascar

exploitant des terres:

NATHO Jinah

Madagascar

exploitant des terres:

BEMIAFARA

Madagascar

Nom du projet qui a facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
Soil protection and rehabilitation for food security (ProSo(i)l)
Nom du ou des institutions qui ont facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
Groupement Semis Direct de Madagascar (SD MAD) - Madagascar
Nom du ou des institutions qui ont facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ)

1.3 Conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées

Le compilateur et la(les) personne(s) ressource(s) acceptent les conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées:

Oui

1.4 Déclaration sur la durabilité de la Technologie décrite

Est-ce que la Technologie décrite ici pose problème par rapport à la dégradation des terres, de telle sorte qu'elle ne peut pas être déclarée comme étant une technologie de gestion durable des terres?

Non

2. Description de la Technologie de GDT

2.1 Courte description de la Technologie

Définition de la Technologie:

Une Rizière à Mauvaise Maîtrise d’Eau (RMME) est une rizière planée et entourée de diguettes, qui bénéficie d’une alimentation en eau intermittente avec des risques de manque d'eau en début, en cours ou en fin de cycle. Certaines variétés de riz avec des racines longues et à croissance rapide sont particulièrement adaptées à ce type de riziculture. Ces racines permettent aux plantes d’accéder plus en profondeur aux ressources en eau, en absence de pluie pendant le cycle de culture.

2.2 Description détaillée de la Technologie

Description:

Les Rizières à Mauvaise Maîtrise d’Eau (RMME) peuvent être situées dans les bas-fonds, ou bien sur les bords de rivières inondables aménagés (parcelles planées entourées de diguettes). L’alimentation en eau se fait soit par une source, une prise d’eau sur une rivière, ou par inondation courte. Toutefois, le niveau d'eau dans la rizière doit être gérée.
Les RMME peuvent être repiquées ou semées à sec. Le semis à sec est préférable lorsque la période de disponibilité en eau n'est pas sure dans la rizière (cas fréquent avec le changement climatique). La pépinière peut se trouver à proximité de la rizière, sur une parcelle qui dispose d’une ressource en eau, ou à côté du village (pépinières jardinées).
Les variétés de riz à racines longues et à croissance rapide utilisées sur ces RMME sont : les Sebota 70, 281, 410 (cycle végétatif de 105 jours). L’âge des plants au repiquage ne doit pas dépasser 15 à 20 jours, sinon les jeunes plants de riz s’enracinent profondément dans la pépinière, et les racines pourront se casser lors du prélèvement des plants, ce qui réduit ensuite la capacité de tallage. Le repiquage se fait en ligne.
Pour des sols fertiles ou bien enrichis en fumure, l’écartement recommandé est de 20 cm * 20 cm. Cet écartement permet le passage de la houe rotative manuelle dans les deux sens lors du sarclage.
Pour des sols moins fertiles, l’écartement entre les lignes reste 20 cm, mais les plants sur une même ligne sont espacés de 10 cm. La houe rotative ne passe alors que dans un sens, et le sarclage se fait manuellement entre les plants sur la ligne.
Si l’eau n’est pas disponible à la date de mise en culture, le riz peut être semé directement, "au bâton" ("vary tomboka", selon l'appellation locale) ou mécaniquement à raison de 5 à 7 grains par poquet, ou dans un sillon de charrue. Il est ensuite pratiqué 2 sarclages.
Les RMME peuvent donner un rendement satisfaisant malgré les périodes de sècheresse qui peuvent se produire durant son cycle. Les variétés Sebota sont appréciées parce qu’elles gonflent bien pendant la cuisson et ont bon goût.
La culture sur les RMME fait partie des techniques préconisées pour augmenter la résilience au changement climatique.
Neanmoins, le recours à ces variétés pose aussi des contraintes vis-à-vis des techniques de repiquage.

2.3 Photos de la Technologie

2.5 Pays/ région/ lieux où la Technologie a été appliquée et qui sont couverts par cette évaluation

Pays:

Madagascar

Région/ Etat/ Province:

Boeny

Autres spécifications du lieu:

Tsaramandroso, Ambondromamy

Spécifiez la diffusion de la Technologie:
  • répartie uniformément sur une zone
S'il n'existe pas d'informations exactes sur la superficie, indiquez les limites approximatives de la zone couverte:
  • < 0,1 km2 (10 ha)
Est-ce que les sites dans lesquels la Technologie est appliquée sont situés dans des zones protégées en permanence?

Non

2.6 Date de mise en œuvre de la Technologie

Indiquez l'année de mise en œuvre:

2019

Si l'année précise est inconnue, indiquez la date approximative: :
  • il y a moins de 10 ans (récemment)

2.7 Introduction de la Technologie

Spécifiez comment la Technologie a été introduite: :
  • par le biais de projets/ d'interventions extérieures
Commentaires (type de projet, etc.) :

GIZ ProSol Madagascar a initié la technique dans cette Région mais ces variétés de riz à racines longues ont déjà été utilisées dans d'autres Régions de l'île.

3. Classification de la Technologie de GDT

3.1 Principal(aux) objectif(s) de la Technologie

  • améliorer la production
  • s'adapter au changement et aux extrêmes climatiques et à leurs impacts
  • créer un impact économique positif

3.2 Type(s) actuel(s) d'utilisation des terres, là où la Technologie est appliquée

Les divers types d'utilisation des terres au sein du même unité de terrain: :

Non


Terres cultivées

Terres cultivées

  • Cultures annuelles
Cultures annuelles - Précisez les cultures:
  • céréales - maïs
  • céréales - riz (de milieux secs)
  • légumineuses et légumes secs - fèves
  • légumineuses et légumes secs - pois
  • cultures oléagineuses - arachide
  • légumes - légumes-racines (carotte, oignon, betterave, autres)
  • Niébés
Nombre de période de croissance par an: :
  • 2
Précisez:

Novembre à Mars pour le riz, puis Avril à Juillet pour les autres cultures (niébé, haricot mungo, maïs, arachide).

Est-ce que les cultures intercalaires sont pratiquées?

Non

Est-ce que la rotation des cultures est appliquée?

Oui

Si oui, veuillez préciser:

Céréales sur une année puis légumineuses et cultures oléagineuses sur la deuxième année et ainsi de suite.

3.3 Est-ce que l’utilisation des terres a changé en raison de la mise en œuvre de la Technologie ?

Est-ce que l’utilisation des terres a changé en raison de la mise en œuvre de la Technologie ?
  • Non (Passez à la question 3.4)

3.4 Approvisionnement en eau

Approvisionnement en eau des terres sur lesquelles est appliquée la Technologie:
  • pluvial

3.5 Groupe de GDT auquel appartient la Technologie

  • système de rotation (rotation des cultures, jachères, agriculture itinérante)
  • amélioration des variétés végétales, des races animales

3.6 Mesures de GDT constituant la Technologie

pratiques agronomiques

pratiques agronomiques

  • A1: Couverture végétale/ du sol
  • A5: Gestion des semences, amélioration des variétés

3.7 Principaux types de dégradation des terres traités par la Technologie

dégradation biologique

dégradation biologique

  • Bq: baisse de la quantité/ biomasse

3.8 Prévention, réduction de la dégradation ou réhabilitation des terres dégradées

Spécifiez l'objectif de la Technologie au regard de la dégradation des terres:
  • s'adapter à la dégradation des terres

4. Spécifications techniques, activités, intrants et coûts de mise en œuvre

4.1 Dessin technique de la Technologie

Spécifications techniques (associées au dessin technique):

Le riz peut être semé directement au bâton (vary tomboka) à raison de 5 à 7 grains par poquet si l’eau n’est pas disponible à la date de mise en culture. Sur sols plus fertiles, il est possible d'espacer les lignes de 20 cm et les poquets de riz sur une même ligne de 20 cm.

Auteur:

GIZ ProSol Madagascar, GSDM

Date:

19/05/2022

Spécifications techniques (associées au dessin technique):

La deuxième option consiste à faire des pépinières pour les plants de riz (semis et paillage) si l’eau est déjà disponible à la période de culture. Il est recommandé d’apporter du fumier sur les pépinières. Le repiquage doit se faire entre 15 à 20 jours pour éviter que les jeunes plants de riz ne s’enracinent profondément dans la pépinière . Lors de cette opération, il faut que les racines de plants soient insérées dans le sol entre 2 à 3 cm de profondeur au maximum. Sur sols moins fertiles, l’écartement entre les lignes reste 20 cm, mais les plants sur la même ligne sont espacés de 10 cm.

Auteur:

GIZ ProSol Madagascar, GSDM

Date:

19/05/2022

4.2 Informations générales sur le calcul des intrants et des coûts

Spécifiez la manière dont les coûts et les intrants ont été calculés:
  • par superficie de la Technologie
Indiquez la taille et l'unité de surface:

1 hectare

autre/ monnaie nationale (précisez):

ariary

Indiquez le taux de change des USD en devise locale, le cas échéant (p.ex. 1 USD = 79.9 réal brésilien): 1 USD = :

4300,0

Indiquez le coût salarial moyen de la main d'œuvre par jour:

5000

4.3 Activités de mise en place/ d'établissement

Activité Calendrier des activités (saisonnier)
1. Nettoyage de la parcelle Novembre - Décembre
2. Travail du sol (charrue et herse) Novembre - Décembre
3. Préparation de pépinière pour les plants de riz et semis Décembre - Janvier
4. Repiquage Décembre - Janvier

4.4 Coûts et intrants nécessaires à la mise en place

Spécifiez les intrants Unité Quantité Coûts par unité Coût total par intrant % du coût supporté par les exploitants des terres
Main d'œuvre Nettoyage de la parcelle jours-personne 20,0 10000,0 200000,0 100,0
Main d'œuvre Préparation de pépinière pour les plants de riz et semis jours-personne 8,0 5000,0 40000,0 100,0
Main d'œuvre Repiquage jours-personne 20,0 5000,0 100000,0 100,0
Equipements Travail du sol (charrue et herse) traction animale 16,0 20000,0 320000,0 100,0
Equipements Bêche Nombre 6,0 10000,0 60000,0 100,0
Equipements Charrue Nombre 1,0 250000,0 250000,0 100,0
Equipements Fourche Nombre 2,0 15000,0 30000,0 100,0
Equipements Arrosoir Nombre 4,0 30000,0 120000,0
Matériel végétal Semence de riz (Sebota 70, 281) kg 40,0 3000,0 120000,0
Engrais et biocides Engrais kg 40,0 3000,0 120000,0 100,0
Coût total de mise en place de la Technologie 1360000,0
Coût total de mise en place de la Technologie en dollars américains (USD) 316,28
Si le coût n'est pas pris en charge à 100% par l'exploitant des terres, indiquez qui a financé le coût restant:

Les exploitants ont reçu les semences de riz et un arrosoir de la part de GIZ ProSol Madagascar.

4.5 Activités d'entretien/ récurrentes

Activité Calendrier/ fréquence
1. Sarclage 2 fois, espacés de 1 mois après le repiquage
2. Traitement avec Biocides 3 fois, espacés de 1 mois après le repiquage

4.6 Coûts et intrants nécessaires aux activités d'entretien/ récurrentes (par an)

Spécifiez les intrants Unité Quantité Coûts par unité Coût total par intrant % du coût supporté par les exploitants des terres
Main d'œuvre Sarclage jours-personne 36,0 5000,0 180000,0 100,0
Main d'œuvre Traitement avec Biocides jours-personne 5,0 5000,0 25000,0 100,0
Equipements Pulverisateur Nombre 2,0 80000,0 160000,0 100,0
Equipements Sarcleuse Nombre 3,0 20000,0 60000,0 100,0
Engrais et biocides Biocides litre 6,0 32000,0 192000,0 100,0
Coût total d'entretien de la Technologie 617000,0
Coût total d'entretien de la Technologie en dollars américains (USD) 143,49

4.7 Facteurs les plus importants affectant les coûts

Décrivez les facteurs les plus importants affectant les coûts :

Les équipements (travail du sol) et outils pour la mise en place

5. Environnement naturel et humain

5.1 Climat

Précipitations annuelles
  • < 250 mm
  • 251-500 mm
  • 501-750 mm
  • 751-1000 mm
  • 1001-1500 mm
  • 1501-2000 mm
  • 2001-3000 mm
  • 3001-4000 mm
  • > 4000 mm
Spécifiez la pluviométrie moyenne annuelle (si connue), en mm:

1400,00

Zone agro-climatique
  • subhumide

5.2 Topographie

Pentes moyennes:
  • plat (0-2 %)
  • faible (3-5%)
  • modéré (6-10%)
  • onduleux (11-15%)
  • vallonné (16-30%)
  • raide (31-60%)
  • très raide (>60%)
Reliefs:
  • plateaux/ plaines
  • crêtes
  • flancs/ pentes de montagne
  • flancs/ pentes de colline
  • piémonts/ glacis (bas de pente)
  • fonds de vallée/bas-fonds
Zones altitudinales:
  • 0-100 m
  • 101-500 m
  • 501-1000 m
  • 1001-1500 m
  • 1501-2000 m
  • 2001-2500 m
  • 2501-3000 m
  • 3001-4000 m
  • > 4000 m
Indiquez si la Technologie est spécifiquement appliquée dans des:
  • non pertinent

5.3 Sols

Profondeur moyenne du sol:
  • très superficiel (0-20 cm)
  • superficiel (21-50 cm)
  • modérément profond (51-80 cm)
  • profond (81-120 cm)
  • très profond (>120 cm)
Texture du sol (de la couche arable):
  • moyen (limoneux)
  • fin/ lourd (argile)
Texture du sol (> 20 cm sous la surface):
  • moyen (limoneux)
  • fin/ lourd (argile)
Matière organique de la couche arable:
  • moyen (1-3%)

5.4 Disponibilité et qualité de l'eau

Profondeur estimée de l’eau dans le sol:

5-50 m

Disponibilité de l’eau de surface:

moyenne

Qualité de l’eau (non traitée):

faiblement potable (traitement nécessaire)

La qualité de l'eau fait référence à:

eaux souterraines

La salinité de l'eau est-elle un problème? :

Non

La zone est-elle inondée?

Oui

Régularité:

épisodiquement

Commentaires et précisions supplémentaires sur la qualité et la quantité d'eau:

Inondation en saison de pluie seulement

5.5 Biodiversité

Diversité des espèces:
  • moyenne
Diversité des habitats:
  • faible
Commentaires et précisions supplémentaires sur la biodiversité:

Plusieurs espèces faunistiques et floristiques sont présentes dans cette Région, certaines sont même endémiques. Néanmoins, cette quantité reste moyenne par rapport à d'autres Régions de l'île. Concernant les habitats, environ 20% de la zone peut constituer un habitat pour cette biodiversité (forêts, plan d'eau, mangrove, etc.), ce qui reste assez faible.

5.6 Caractéristiques des exploitants des terres appliquant la Technologie

Sédentaire ou nomade:
  • Sédentaire
Orientation du système de production:
  • exploitation mixte (de subsistance/ commerciale)
Revenus hors exploitation:
  • 10-50% de tous les revenus
Niveau relatif de richesse:
  • moyen
Individus ou groupes:
  • individu/ ménage
  • groupe/ communauté
Niveau de mécanisation:
  • travail manuel
  • traction animale
Genre:
  • femmes
  • hommes
Age des exploitants des terres:
  • jeunes
  • personnes d'âge moyen

5.7 Superficie moyenne des terres utilisées par les exploitants des terres appliquant la Technologie

  • < 0,5 ha
  • 0,5-1 ha
  • 1-2 ha
  • 2-5 ha
  • 5-15 ha
  • 15-50 ha
  • 50-100 ha
  • 100-500 ha
  • 500-1 000 ha
  • 1 000-10 000 ha
  • > 10 000 ha
Cette superficie est-elle considérée comme de petite, moyenne ou grande dimension (en se référant au contexte local)?
  • petite dimension

5.8 Propriété foncière, droits d’utilisation des terres et de l'eau

Propriété foncière:
  • individu, sans titre de propriété
  • individu, avec titre de propriété
Droits d’utilisation des terres:
  • individuel
Droits d’utilisation de l’eau:
  • accès libre (non organisé)
Est-ce que les droits d'utilisation des terres sont fondés sur un système juridique traditionnel?

Oui

Précisez:

Celui qui s'occupe des terres en est le propriétaire

5.9 Accès aux services et aux infrastructures

santé:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
éducation:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
assistance technique:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
emploi (par ex. hors exploitation):
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
marchés:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
énergie:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
routes et transports:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
eau potable et assainissement:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
services financiers:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne

6. Impacts et conclusions

6.1 Impacts sur site que la Technologie a montrés

Impacts socio-économiques

Production

production agricole

en baisse
en augmentation
Quantité avant la GDT:

0 sac

Quantité après la GDT:

15 sacs

qualité des cultures

en baisse
en augmentation

production fourragère

en baisse
en augmentation

qualité des fourrages

en baisse
en augmentation
Revenus et coûts

dépenses pour les intrants agricoles

en augmentation
en baisse

revenus agricoles

en baisse
en augmentation

charge de travail

en augmentation
en baisse

Impacts socioculturels

sécurité alimentaire/ autosuffisance

réduit
amélioré

Impacts écologiques

Sols

humidité du sol

en baisse
en augmentation
Biodiversité: végétale, animale

contrôle des animaux nuisibles/ maladies

en baisse
en augmentation
Précisez l'évaluation des impacts sur site (sous forme de mesures):

Il s'agit des estimations des exploitants enquêtés.

6.2 Impacts hors site que la Technologie a montrés

Précisez l'évaluation des impacts extérieurs (sous forme de mesures):

non pertinent

6.4 Analyse coûts-bénéfices

Quels sont les bénéfices comparativement aux coûts de mise en place (du point de vue des exploitants des terres)?
Rentabilité à court terme:

positive

Rentabilité à long terme:

très positive

Quels sont les bénéfices comparativement aux coûts d'entretien récurrents (du point de vue des exploitants des terres)?
Rentabilité à court terme:

positive

Rentabilité à long terme:

très positive

6.5 Adoption de la Technologie

  • cas isolés/ expérimentaux

6.6 Adaptation

La Technologie a-t-elle été récemment modifiée pour s'adapter à l'évolution des conditions?

Non

6.7 Points forts/ avantages/ possibilités de la Technologie

Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue de l'exploitant des terres
Augmentation de la production en riz (autosuffisance).
Accroissement de source de revenu grâce au surplus de production de riz.
Diminution de l'utilisation des semences car le nombre de graines plantées est limité.
Possibilité de reproduire les semences de riz adaptées aux Rizières à Mauvaise Maitrise d'Eau.
Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé
Les exploitants peuvent s'adapter aux effets des changements climatiques, notamment pour l'alimentation car les variétés de riz utilisées peuvent survivre à des conditions défavorables (excès d'eau puis sécheresse).
Réduction des risques liés au manque d'eau en fin de cycle (raccourcissement de la saison des pluies, périodes de sécheresse...).

6.8 Faiblesses/ inconvénients/ risques de la Technologie et moyens de les surmonter

Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé Comment peuvent-ils être surmontés?
Les variétés de riz adaptées aux RMME ont une croissance rapide et doivent donc être repiquées sans délai. Effectuer le repiquage au bon moment afin d'éviter que les plants à repiquer atteignent un stade de développement trop avancé.

7. Références et liens

7.1 Méthodes/ sources d'information

  • visites de terrain, enquêtes sur le terrain

5 terrains visités

  • interviews/entretiens avec les exploitants des terres

5 exploitants interrogés

  • compilation à partir de rapports et d'autres documents existants

Fiche technique GIZ ProSol Madagascar

Quand les données ont-elles été compilées (sur le terrain)?

31/01/2023

7.2 Références des publications disponibles

Titre, auteur, année, ISBN:

Région Boeny, 2016, "Schéma Régional d’Aménagement du Territoire de la Région Boeny"

Disponible à partir d'où? Coût?

Hotel de la Région Boeny

Titre, auteur, année, ISBN:

GIZ ProSol Madagascar, 2022, "Livret des Paysans Relais"

Disponible à partir d'où? Coût?

GIZ ProSol Madagascar

Titre, auteur, année, ISBN:

GIZ ProSol Madagascar, 2022, Poster "Riziculture à Mauvaise Maîtrise d’Eau"

Disponible à partir d'où? Coût?

GIZ ProSol Madagascar

Titre, auteur, année, ISBN:

A. L. RANDRIANAIVOMANANA, E. Penot, J. C. Rakotondravelo, 2010, "Innovation et diffusion encadrée des techniques de riziculture améliorée anti risques en zone RMME au lac Alaotra"

Disponible à partir d'où? Coût?

https://agritrop.cirad.fr/558956/1/document_558956.pdf

Titre, auteur, année, ISBN:

V. P. Rasoamanana , 2010, "Etude sur la diffusion latérale des systèmes techniques améliorés en zones RMME au lac Alaotra"

Disponible à partir d'où? Coût?

https://agritrop.cirad.fr/570654/1/document_570654.pdf

7.3 Liens vers les informations pertinentes en ligne

Titre/ description:

OPERATION RIZIERES A MAUVAISE MAITRISE D’EAU LAC ALAOTRA 2004 – 2005

URL:

http://madadoc.irenala.edu.mg/documents/v02488_RIZ.pdf

Titre/ description:

GSDM, "Culture de riz sur RMME Rizières à Mauvaise Maîtrise de l’Eau"

URL:

https://gsdm-mg.org/wp-content/files/Fiche_technique__Voly_vary_saro-drano_RMME_GSDM__TFNAC.pdf

Modules