Technologies

Compost liquide [Madagascar]

Zezika ranony, Compost ranony, compost liquide, ady gasy

technologies_6483 - Madagascar

État complet : 90%

1. Informations générales

1.2 Coordonnées des personnes-ressources et des institutions impliquées dans l'évaluation et la documentation de la Technologie

Personne(s)-ressource(s) clé(s)

exploitant des terres:

SOAVINJARA Josephine

Madagascar

exploitant des terres:

RAJAONARIVELO (dit Dadajao)

Madagascar

exploitant des terres:

ANJARAHANTANIRINA Vololoniaina Solange

Madagascar

exploitant des terres:

FIADANA

Madagascar

exploitant des terres:

HASINIRINA Zafimahatratra Jean de Dieu

Madagascar

Nom du projet qui a facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
Soil protection and rehabilitation for food security (ProSo(i)l)
Nom du ou des institutions qui ont facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ)

1.3 Conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées

Le compilateur et la(les) personne(s) ressource(s) acceptent les conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées:

Oui

1.4 Déclaration sur la durabilité de la Technologie décrite

Est-ce que la Technologie décrite ici pose problème par rapport à la dégradation des terres, de telle sorte qu'elle ne peut pas être déclarée comme étant une technologie de gestion durable des terres?

Non

2. Description de la Technologie de GDT

2.1 Courte description de la Technologie

Définition de la Technologie:

Le compost liquide s'obtient par macération d'un mélange de déjection animale et de matières végétales fraîches, incluant des plantes aux propriétés insectifuges, en milieu aqueux. Il peut être utilisé comme substitution aux engrais minéraux et être employé comme action préventive contres les ennemis des cultures. Il peut être utilisé pour tous types de cultures, mais particulièrement adapté aux cultures maraîchères.

2.2 Description détaillée de la Technologie

Description:

Le compost liquide est surtout utilisé sur les parcelles de maraîchage. Il est difficile de l'appliquer sur de grandes superficies car il faut que les dosages recommandés soient respectés. Cette technique est donc recommandée pour les petites parcelles, comme celles de production maraîchère. Plusieurs types de récipients peuvent être utilisés pour la fabrication de compost liquide : des bidons plastiques de 20 litres, des fûts de 200 à 250 litres, ou encore des buses en béton d’une contenance de 700 litres.

Les différentes étapes de préparation du compost liquide se présentent comme suit :
- remplir d'eau les 2/3 du récipient ;
- découper finement les matières vertes en additionnant d'éventuelles plantes répulsives/biocides (faux neem ou Melia azedarach, neem ou Azadirachta indica, tephrosia ou Tephrosia sp., consoude ou Symphytum officinale, absinthe ou Artemisia absinthium, tanaisie ou Tanacetum vulgare, piment ou Capsicum frutescens, etc.) ;
- remplir progressivement les 1/3 restants du récipient avec 2 volumes de matière verte et 1 volume de déjections animales ;
- couvrir la compostière d'un couvercle en bois ou du couvercle du bidon sans fermer hermétiquement;
- remuer avec un bâton durant 5 minutes 2 jours après la mise en macération puis tous les 2 jours jusqu'à la maturation ;
- la macération dure environ 3 semaines. Il faut tamiser le produit avant son utilisation.
Le dosage lors de son application correspond à 1 L de compost liquide par m² avec une dilution de 50%. En maraîchage, le compost liquide s'applique 2 semaines après le repiquage ou 3 semaines après la levée des semis. Ce produit permet de :
- améliorer la fertilité du sol en l'enrichissant en matière organique et en favorisant la vie des organismes vivants du sol;
- protéger les cultures contre les attaques d’insectes.

Sur de grandes parcelles, l'application du compost liquide est difficile en raison de la dose conseillée (1 L par m² de superficie). Parfois, les matières premières pour la fabrication du compost peuvent manquer et certains exploitants peuvent avoir des difficultés à se procurer suffisamment de déjections animales. Dans la plupart des cas, les paysans commercialisent au litre le compost liquide.

2.3 Photos de la Technologie

2.4 Vidéos de la Technologie

Commentaire, brève description:

https://www.youtube.com/watch?v=oKfj3rgt-cY

Lieu:

Ampitolova, Commune Belobaka, Région Boeny

2.5 Pays/ région/ lieux où la Technologie a été appliquée et qui sont couverts par cette évaluation

Pays:

Madagascar

Région/ Etat/ Province:

Boeny

Autres spécifications du lieu:

Manerinerina, Ambondromamy, Tsaramandroso, Belobaka

Spécifiez la diffusion de la Technologie:
  • appliquée en des points spécifiques ou concentrée sur une petite surface
Est-ce que les sites dans lesquels la Technologie est appliquée sont situés dans des zones protégées en permanence?

Non

2.6 Date de mise en œuvre de la Technologie

Indiquez l'année de mise en œuvre:

2019

Si l'année précise est inconnue, indiquez la date approximative: :
  • il y a moins de 10 ans (récemment)

2.7 Introduction de la Technologie

Spécifiez comment la Technologie a été introduite: :
  • par le biais de projets/ d'interventions extérieures
Commentaires (type de projet, etc.) :

GIZ ProSol Madagascar

3. Classification de la Technologie de GDT

3.1 Principal(aux) objectif(s) de la Technologie

  • améliorer la production
  • réduire, prévenir, restaurer les terres dégradées

3.2 Type(s) actuel(s) d'utilisation des terres, là où la Technologie est appliquée

Les divers types d'utilisation des terres au sein du même unité de terrain: :

Non


Terres cultivées

Terres cultivées

  • Cultures annuelles
Cultures annuelles - Précisez les cultures:
  • légumes - légumes à feuilles (laitues, choux, épinards, autres)
  • légumes - légumes-racines (carotte, oignon, betterave, autres)
  • brèdes, piments, courgette, petit pois, poivron
Nombre de période de croissance par an: :
  • 3
Précisez:

Certains exploitants arrivent à 4 à 6 périodes de croissance par an

Est-ce que les cultures intercalaires sont pratiquées?

Oui

Si oui, précisez quelles cultures sont produites en culture intercalaire:

carotte, betterave, brède, piment, aubergine, petit pois, courgette, oignons...

Est-ce que la rotation des cultures est appliquée?

Oui

Si oui, veuillez préciser:

carotte, betterave, brède, piment, aubergine, petit pois, courgette, oignons...

3.3 Est-ce que l’utilisation des terres a changé en raison de la mise en œuvre de la Technologie ?

Est-ce que l’utilisation des terres a changé en raison de la mise en œuvre de la Technologie ?
  • Non (Passez à la question 3.4)
Les divers types d'utilisation des terres au sein du même unité de terrain: :

Non

3.4 Approvisionnement en eau

Approvisionnement en eau des terres sur lesquelles est appliquée la Technologie:
  • mixte: pluvial-irrigué

3.5 Groupe de GDT auquel appartient la Technologie

  • gestion intégrée cultures-élevage
  • gestion intégrée de la fertilité des sols
  • lutte intégrée contre les ravageurs et les maladies (incluant l'agriculture biologique)

3.6 Mesures de GDT constituant la Technologie

pratiques agronomiques

pratiques agronomiques

  • A2: Matière organique/ fertilité du sol

3.7 Principaux types de dégradation des terres traités par la Technologie

érosion hydrique des sols

érosion hydrique des sols

  • Wt: perte de la couche superficielle des sols (couche arable)/ érosion de surface

3.8 Prévention, réduction de la dégradation ou réhabilitation des terres dégradées

Spécifiez l'objectif de la Technologie au regard de la dégradation des terres:
  • prévenir la dégradation des terres
  • réduire la dégradation des terres

4. Spécifications techniques, activités, intrants et coûts de mise en œuvre

4.1 Dessin technique de la Technologie

Spécifications techniques (associées au dessin technique):

Les 2/3 du récipient doivent être remplis d'eau et les 1/3 restants de déjections animales et de matières organiques vertes dont la composition est de 1/3 pour le fumier et 2/3 pour les matières vertes coupées en petit morceau pour faciliter la décomposition. Le tout sera mélangé et laissé au repos à raison de 2 à 4 jours. Cette préparation sera ensuite remuée pendant 5 minutes tous les 2 jours jusqu'au 21ème jour puis tamisée avant utilisation.
Le récipient utilisé peut être un buse en béton de 700 L, un récipient plastique de 200 L ou un bidon de 20 L. La proportion des ingrédients reste les mêmes et doit être bien respectée quelque soit le type de récipient utilisé.

Auteur:

GIZ ProSol Madagascar

Date:

23/02/2023

4.2 Informations générales sur le calcul des intrants et des coûts

Spécifiez la manière dont les coûts et les intrants ont été calculés:
  • par entité de la Technologie
Précisez l'unité:

Volume du récipient de préparation du compost liquide (Litre)

Précisez les dimensions de l'unité de terrain (le cas échéant):

Si on l'utilise comme biocide, 1 L de compost liquide est utilisé pour 1 are de terrain tandis que si on l'utilise en tant qu'engrais, 10 litres de compost liquide suffit pour 2 ares

autre/ monnaie nationale (précisez):

ariary

Indiquez le taux de change des USD en devise locale, le cas échéant (p.ex. 1 USD = 79.9 réal brésilien): 1 USD = :

4300,0

Indiquez le coût salarial moyen de la main d'œuvre par jour:

5000

4.3 Activités de mise en place/ d'établissement

Activité Calendrier des activités (saisonnier)
1. Achat des récipients et matériels de fabrication du compost liquide Avant la préparation (janvier)
2. None None
3. None None
4. None None

4.4 Coûts et intrants nécessaires à la mise en place

Spécifiez les intrants Unité Quantité Coûts par unité Coût total par intrant % du coût supporté par les exploitants des terres
Equipements Récipient de 200 L nombre 4,0 200000,0 800000,0 75,0
Equipements Tamis nombre 1,0 6000,0 6000,0 100,0
Equipements Seau nombre 4,0 12000,0 48000,0 75,0
Equipements Cuvette nombre 4,0 12000,0 48000,0 75,0
Equipements Arrosoir nombre 4,0 50000,0 200000,0 75,0
Coût total de mise en place de la Technologie 1102000,0
Coût total de mise en place de la Technologie en dollars américains (USD) 256,28
Si le coût n'est pas pris en charge à 100% par l'exploitant des terres, indiquez qui a financé le coût restant:

Chaque exploitant ont bénéficié les équipements nécessaires (1 Arrosoir, 1 cuvette, 1 seau...) octroyés par GIZ Prosol.

Commentaires:

Le coût du récipient peut être réduit avec la fabrication d'un buse en béton de 700 L.
La disponibilité des matières premières et des récipients reste les facteurs limitants pour les exploitants lors de la fabrication de compost liquide, mais ils peuvent en produire autant que ces matières premières et récipients le permettent dans l'année.

4.5 Activités d'entretien/ récurrentes

Activité Calendrier/ fréquence
1. Collecter les matériels végétaux Toute l'année
2. Déchiqueter finement les matières vertes en additionnant d'éventuelle plantes répulsives/biocides Saison sèche
3. Préparer le compost liquide Saison sèche (à partir de Mars), 21 jours avant utilisation
4. Remuer avec un bâton durant 5 minutes tous les 2 jours après la préparation jusqu'à la maturation
5. Planter les cultures maraîchères A partir de Mars, Avril

4.6 Coûts et intrants nécessaires aux activités d'entretien/ récurrentes (par an)

Spécifiez les intrants Unité Quantité Coûts par unité Coût total par intrant % du coût supporté par les exploitants des terres
Main d'œuvre Coupe des matériels végétaux joursp-personne 15,0 5000,0 75000,0 100,0
Main d'œuvre Préparation du compost liquide joursp-personne 4,0 5000,0 20000,0 100,0
Matériel végétal Piment kapoaka 2,0 2500,0 5000,0 100,0
Engrais et biocides Fumier kg 100,0 100,0 10000,0 100,0
Coût total d'entretien de la Technologie 110000,0
Coût total d'entretien de la Technologie en dollars américains (USD) 25,58
Commentaires:

Les coûts mentionnés correspondent à la production de compost liquide de 800 litres.
Les coûts liés au remuage du compost liquide sont négligeables du fait qu'il ne s'agit que de la main-d'œuvre relative au mélange de la préparation à raison de 5 mn par jour.
Le kapoaka est une unité de mesure traditionnelle malgache, équivalente à 300 ml.
La quantité de fumier peut varier selon l'état mais il s'agit ici de fumier sec.

5. Environnement naturel et humain

5.1 Climat

Précipitations annuelles
  • < 250 mm
  • 251-500 mm
  • 501-750 mm
  • 751-1000 mm
  • 1001-1500 mm
  • 1501-2000 mm
  • 2001-3000 mm
  • 3001-4000 mm
  • > 4000 mm
Spécifiez la pluviométrie moyenne annuelle (si connue), en mm:

1400,00

Zone agro-climatique
  • subhumide

5.2 Topographie

Pentes moyennes:
  • plat (0-2 %)
  • faible (3-5%)
  • modéré (6-10%)
  • onduleux (11-15%)
  • vallonné (16-30%)
  • raide (31-60%)
  • très raide (>60%)
Reliefs:
  • plateaux/ plaines
  • crêtes
  • flancs/ pentes de montagne
  • flancs/ pentes de colline
  • piémonts/ glacis (bas de pente)
  • fonds de vallée/bas-fonds
Zones altitudinales:
  • 0-100 m
  • 101-500 m
  • 501-1000 m
  • 1001-1500 m
  • 1501-2000 m
  • 2001-2500 m
  • 2501-3000 m
  • 3001-4000 m
  • > 4000 m
Indiquez si la Technologie est spécifiquement appliquée dans des:
  • non pertinent

5.3 Sols

Profondeur moyenne du sol:
  • très superficiel (0-20 cm)
  • superficiel (21-50 cm)
  • modérément profond (51-80 cm)
  • profond (81-120 cm)
  • très profond (>120 cm)
Texture du sol (de la couche arable):
  • moyen (limoneux)
Texture du sol (> 20 cm sous la surface):
  • moyen (limoneux)
  • fin/ lourd (argile)
Matière organique de la couche arable:
  • moyen (1-3%)

5.4 Disponibilité et qualité de l'eau

Profondeur estimée de l’eau dans le sol:

< 5 m

Disponibilité de l’eau de surface:

moyenne

Qualité de l’eau (non traitée):

uniquement pour usage agricole (irrigation)

La qualité de l'eau fait référence à:

eaux de surface

La salinité de l'eau est-elle un problème? :

Non

La zone est-elle inondée?

Non

5.5 Biodiversité

Diversité des espèces:
  • moyenne
Diversité des habitats:
  • faible
Commentaires et précisions supplémentaires sur la biodiversité:

Plusieurs espèces faunistiques et floristiques sont présentes dans cette Région, certaines sont même endémiques. Néanmoins, cette quantité reste moyenne par rapport à d'autres Régions de l'île. Concernant les habitats, environ 20% de la zone peut constituer un habitat pour cette biodiversité (forêts, plan d'eau, mangrove, etc.), ce qui reste assez faible.

5.6 Caractéristiques des exploitants des terres appliquant la Technologie

Sédentaire ou nomade:
  • Sédentaire
Orientation du système de production:
  • exploitation mixte (de subsistance/ commerciale)
Revenus hors exploitation:
  • moins de 10% de tous les revenus
Niveau relatif de richesse:
  • pauvre
  • moyen
Individus ou groupes:
  • individu/ ménage
  • groupe/ communauté
Niveau de mécanisation:
  • travail manuel
  • traction animale
Genre:
  • femmes
  • hommes
Age des exploitants des terres:
  • jeunes
  • personnes d'âge moyen

5.7 Superficie moyenne des terres utilisées par les exploitants des terres appliquant la Technologie

  • < 0,5 ha
  • 0,5-1 ha
  • 1-2 ha
  • 2-5 ha
  • 5-15 ha
  • 15-50 ha
  • 50-100 ha
  • 100-500 ha
  • 500-1 000 ha
  • 1 000-10 000 ha
  • > 10 000 ha
Cette superficie est-elle considérée comme de petite, moyenne ou grande dimension (en se référant au contexte local)?
  • petite dimension
  • moyenne dimension

5.8 Propriété foncière, droits d’utilisation des terres et de l'eau

Propriété foncière:
  • individu, avec titre de propriété
Droits d’utilisation des terres:
  • loué
  • individuel
Droits d’utilisation de l’eau:
  • accès libre (non organisé)
Est-ce que les droits d'utilisation des terres sont fondés sur un système juridique traditionnel?

Oui

Précisez:

La plupart des villageois reconnaissent les propriétaires des champs agricoles dans le village

5.9 Accès aux services et aux infrastructures

santé:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
éducation:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
assistance technique:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
emploi (par ex. hors exploitation):
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
marchés:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
énergie:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
routes et transports:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
eau potable et assainissement:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
services financiers:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne

6. Impacts et conclusions

6.1 Impacts sur site que la Technologie a montrés

Impacts socio-économiques

Production

production agricole

en baisse
en augmentation
Commentaires/ spécifiez:

La production a augmenté de 3 fois plus comparé avant la pratique de la GDT

qualité des cultures

en baisse
en augmentation
Commentaires/ spécifiez:

Les brèdes sont plus conservables (peuvent être conservées jusqu'au 3ème jour) en utilisant le compost liquide

Disponibilité et qualité de l'eau

disponibilité de l'eau d'irrigation

en baisse
en augmentation

qualité de l'eau d'irrigation

en baisse
en augmentation
Revenus et coûts

dépenses pour les intrants agricoles

en augmentation
en baisse

revenus agricoles

en baisse
en augmentation

charge de travail

en augmentation
en baisse

Impacts socioculturels

sécurité alimentaire/ autosuffisance

réduit
amélioré

Impacts écologiques

Sols

humidité du sol

en baisse
en augmentation

couverture du sol

réduit
amélioré
Précisez l'évaluation des impacts sur site (sous forme de mesures):

Il s'agit des estimations des exploitants enquêtés.

6.2 Impacts hors site que la Technologie a montrés

Précisez l'évaluation des impacts extérieurs (sous forme de mesures):

non pertinent

6.3 Exposition et sensibilité de la Technologie aux changements progressifs et aux évènements extrêmes/catastrophes liés au climat (telles que perçues par les exploitants des terres)

Changements climatiques progressifs

Changements climatiques progressifs
Saison Augmentation ou diminution Comment la Technologie fait-elle face à cela?
précipitations annuelles décroît pas bien

6.4 Analyse coûts-bénéfices

Quels sont les bénéfices comparativement aux coûts de mise en place (du point de vue des exploitants des terres)?
Rentabilité à court terme:

positive

Rentabilité à long terme:

très positive

Quels sont les bénéfices comparativement aux coûts d'entretien récurrents (du point de vue des exploitants des terres)?
Rentabilité à court terme:

positive

Rentabilité à long terme:

très positive

6.5 Adoption de la Technologie

  • cas isolés/ expérimentaux

6.6 Adaptation

La Technologie a-t-elle été récemment modifiée pour s'adapter à l'évolution des conditions?

Non

6.7 Points forts/ avantages/ possibilités de la Technologie

Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue de l'exploitant des terres
Réduction des dépenses sur les intrants agricoles et engrais.
Bonne qualité des produits.
Amélioration de la qualité du sol (plus fertile et plus humide).
Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé
Le compost liquide se commercialise déjà dans de nombreuses régions de Madagascar. Il est vendu généralement au litre et pouvant constituer une source de revenu pour le ménage qui en fabrique en grande quantité.

6.8 Faiblesses/ inconvénients/ risques de la Technologie et moyens de les surmonter

Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue de l’exploitant des terres Comment peuvent-ils être surmontés?
Disponibilité des matériels végétaux verts en saison sèche. Plantation d'arbres tels que les acacias pour servir de matière verte toute l'année, collecte ou achat des restes des résidus de culture.

7. Références et liens

7.1 Méthodes/ sources d'information

  • visites de terrain, enquêtes sur le terrain

5 sites visités

  • interviews/entretiens avec les exploitants des terres

5 personnes enquêtées

  • compilation à partir de rapports et d'autres documents existants

Fiche technique de GIZ ProSol Madagascar

Quand les données ont-elles été compilées (sur le terrain)?

31/01/2023

7.2 Références des publications disponibles

Titre, auteur, année, ISBN:

Région Boeny, 2016, "Schéma Régional d’Aménagement du Territoire de la Région Boeny"

Disponible à partir d'où? Coût?

Hotel de la Région Boeny

Titre, auteur, année, ISBN:

GIZ ProSol Madagascar, 2022, "Livret des Paysans Relais"

Disponible à partir d'où? Coût?

GIZ ProSol Madagascar

Titre, auteur, année, ISBN:

GIZ ProSol Madagascar, 2022, Poster "Compost liquide"

Disponible à partir d'où? Coût?

GIZ ProSol Madagascar

Titre, auteur, année, ISBN:

GRET, 2015, "Pratiques agroécologiques et agroforestières en zone tropicale humide", Fiche N°9 Compost liquide

Disponible à partir d'où? Coût?

GRET, https://gret.org/publication/pratiques-agroecologiques-et-agroforestieres-en-zone-tropicale-humide/

7.3 Liens vers les informations pertinentes en ligne

Titre/ description:

MADAGASCAR: LES BIO-INTRANTS DU CEFFEL, UNE ALTERNATIVE EFFICACE POUR LES AGRICULTEURS DU GROUPE FIFATA

URL:

https://www.fert.fr/madagascar-les-bio-intrants-du-ceffel-une-alternative-ecologique-efficace-pour-les-agriculteurs-du-groupe-fifata/

Titre/ description:

"Le compost liquide", site web de l’Université de Mahajanga

URL:

https://soatany.org/fiches-techniques/

Titre/ description:

CEFFEL, 2018, Film pédagogique "Compost liquide"

URL:

https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=Qbxy7eJpNqI

Titre/ description:

Renforcement de la fertilité des sols pour le maraîchage

URL:

https://dms.giz.de/dms/llisapi.dll/fetch/-277117225/283447328/347921147/355454714/-/2021_12_Rapport_final_Compostage_MG_Hoby_FR.pdf?nodeid=357470632&vernum=-2

Modules