Technologies

Coton biologique [Burkina Faso]

technologies_957 - Burkina Faso

État complet: 71%

1. Informations générales

1.2 Coordonnées des personnes-ressources et des institutions impliquées dans l'évaluation et la documentation de la Technologie

Personne(s)-ressource(s) clé(s)

Spécialiste GDT:

Lazare Yombi

Helvetas Burkina Faso

Burkina Faso

Spécialiste GDT:

Eyhorn Frank

Helvetas

Burkina Faso

Spécialiste GDT:

Dischl Raphael

Helvetas

Burkina Faso

Nom du projet qui a facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
Book project: SLM in Practice - Guidelines and Best Practices for Sub-Saharan Africa (SLM in Practice)
Nom du ou des institutions qui ont facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
HELVETAS (Swiss Intercooperation)

1.3 Conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées

Le compilateur et la(les) personne(s) ressource(s) acceptent les conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées:

Oui

2. Description de la Technologie de GDT

2.1 Courte description de la Technologie

Définition de la Technologie:

Dans la province d’Ioba, au Burkina Faso, la production, le stockage, la transformation et la commercialisation de coton biologique sont promus depuis 2004 par Helvetas.

2.2 Description détaillée de la Technologie

Description:

La production de coton bio suit les principes et les normes de l’agriculture biologique. Toute utilisation d’engrais chimiques, de pesticides et d’organismes génétiquement modifiés (OGM) est interdite. La culture du coton bio repose sur une combinaison de plusieurs mesures : (1) l’utilisation d’engrais organiques (fumier et compost) et le recyclage de la matière organique ; (2) la rotation et l’association de cultures ; (3) la sélection attentive de variétés adaptées aux conditions locales (climat, sol, parasites et maladies) ; (4) la lutte biologique contre les ravageurs (associée à une gestion soigneuse des cultures) ; (5) une séparation nette entre terres en culture biologique et conventionnelle (pour éviter le contact avec des substances chimiques par pulvérisation ou ruissellement) et (6) des mesures de conservation du sol et de l’eau. L’intervention sur les cultures au moment approprié (p.ex. désherbage) est très importante.
A Ioba, les rotations incluent le sésame (culture de rente), des céréales et des légumineuses (cultures vivrières) ; les cultures associées sont des engrais verts (légumineuses) et des plantes pièges. La variété de coton la mieux adaptée est le FK-37. Des bio-pesticides sont produits à partir de graines de neem (Azadirachta indica). Les mesures ci-dessus permettent d’améliorer la fertilité du sol, de diminuer les coûts (et ainsi les risques financiers) et d’éviter les effets négatifs de l’agriculture conventionnelle : diminution des rendements, résistance des ravageurs et maladies, risques sanitaires et problèmes environnementaux dus aux produits chimiques.
Les intrants disponibles ou produits sur la ferme et les prix de vente plus élevés des produits certifiés bio augmentent la rentabilité à long terme des exploitations, malgré la productivité moins élevée que celle du coton conventionnel ou OGM (génétiquement modifié). La conversion des fermes se fait sur une période de 3 ans pour passer du système de production conventionnel au bio. Les fermiers doivent tenir un registre et conserver les documents pour les inspections périodiques et la certification (système de contrôle interne).

2.3 Photos de la Technologie

2.5 Pays/ région/ lieux où la Technologie a été appliquée et qui sont couverts par cette évaluation

Pays:

Burkina Faso

Région/ Etat/ Province:

Province de Loba

Autres spécifications du lieu:

Dano

Commentaires:

Environs 7'000 paysans

2.6 Date de mise en œuvre de la Technologie

Si l'année précise est inconnue, indiquez la date approximative: :
  • il y a moins de 10 ans (récemment)

2.7 Introduction de la Technologie

Spécifiez comment la Technologie a été introduite: :
  • par le biais de projets/ d'interventions extérieures
Commentaires (type de projet, etc.) :

2004

3. Classification de la Technologie de GDT

3.1 Principal(aux) objectif(s) de la Technologie

  • préserver l'écosystème
  • créer un impact économique positif
  • créer un impact social positif

3.2 Type(s) actuel(s) d'utilisation des terres, là où la Technologie est appliquée

Terres cultivées

Terres cultivées

  • Cultures annuelles
  • Cultures pérennes (non ligneuses)
Cultures annuelles - Précisez les cultures:
  • cultures de plantes à fibres - coton
  • légumineuses et légumes secs - autres
  • cultures de semences - sésame, moutarde, pavot, autres
Est-ce que les cultures intercalaires sont pratiquées?

Oui

Est-ce que la rotation des cultures est appliquée?

Oui

Commentaires:

Cultures principales commerciales: Coton et sésame
Cultures principales commerciales: Des céréales et des légumineuses
Principaux problèmes d'utilisation des sols (perception des utilisateurs fonciers): Déclin de la fertilité et baisse du taux de MOS; Déclin de la biodiversité

3.4 Approvisionnement en eau

Approvisionnement en eau des terres sur lesquelles est appliquée la Technologie:
  • pluvial

3.5 Groupe de GDT auquel appartient la Technologie

  • système de rotation (rotation des cultures, jachères, agriculture itinérante)
  • gestion intégrée de la fertilité des sols
  • production biologique

3.6 Mesures de GDT constituant la Technologie

pratiques agronomiques

pratiques agronomiques

  • A2: Matière organique/ fertilité du sol
Commentaires:

Mesures principales: Pratiques agronomiques

Type de pratiques agronomiques: culture intercalaire / associée, culture en association avec légumineuses, fumier / compost / résidus

3.7 Principaux types de dégradation des terres traités par la Technologie

dégradation chimique des sols

dégradation chimique des sols

  • Cn: baisse de la fertilité des sols et réduction du niveau de matière organique (non causée par l’érosion)
dégradation biologique

dégradation biologique

  • Bs: baisse de la qualité et de la composition/ diversité des espèces
Commentaires:

Principal type de dégradation abordé:Cn: baisse de la fertilité du sol et du niveau de matière organique, Bs: baisse de la qualité et de la composition / diversité des espèces

3.8 Prévention, réduction de la dégradation ou réhabilitation des terres dégradées

Spécifiez l'objectif de la Technologie au regard de la dégradation des terres:
  • prévenir la dégradation des terres
  • réduire la dégradation des terres

4. Spécifications techniques, activités, intrants et coûts de mise en œuvre

4.1 Dessin technique de la Technologie

Spécifications techniques (associées au dessin technique):

Connaissances techniques requises pour le personnel de terrain / conseillers: fort

Connaissances techniques requises pour les utilisateurs fonciers: moyen

Principales fonctions techniques: amélioration de la couverture du sol, augmentation de la matière organique, augmentation de la disponibilité des nutriments (réserve, recyclage, ...), développement des espèces végétales et de variété (qualité, ex: fourrage appétent)

Culture mixte / cultures intercalaires
Matériel / espèce: le sésame (culture de rente), des céréales et des légumineuses

Sommier / compost / résidus
Matériel / espèce: fumier et compost

4.2 Informations générales sur le calcul des intrants et des coûts

Indiquez le coût salarial moyen de la main d'œuvre par jour:

1.10

4.3 Activités de mise en place/ d'établissement

Activité Calendrier des activités (saisonnier)
1. Acheter pulvérisateur
2. Installer les fosses à compost

4.4 Coûts et intrants nécessaires à la mise en place

Spécifiez les intrants Unité Quantité Coûts par unité Coût total par intrant % du coût supporté par les exploitants des terres
Main d'œuvre Travail ha 1,0 2,0 2,0 100,0
Equipements Pulvérisateur ha 1,0 50,0 50,0 100,0
Coût total de mise en place de la Technologie 52,0
Coût total de mise en place de la Technologie en dollars américains (USD) 52,0

4.5 Activités d'entretien/ récurrentes

Activité Calendrier/ fréquence
1. Production de compost. / Récupérer les résidus du champ où sera planté le coton, les utiliser pour pailler ou pour le compost (pas de brûlis).
2. Apporter la fertilisation organique : 7.5 t/ha. / Labourer (pour incorporer le compost, pour le contrôle des ravageurs et adventices).
3. Semer le coton et les plantes associées (Hibiscus esculentus – piège à ravageurs ou Mucuna – engrais vert) ; éclaircir le coton après 10-20 jours (1-2 plants/trou)./ Désherbage (3 à 4 fois : 20/40/70/100 jours après le semis).
4. Contrôle des ravageurs (récolte manuelle); pulvérisation du bio-pesticide (64 l/ha, extrait de graines de neem) : selon l’infestation, jusqu’à 3 fois./ Buttage (former des sillons et des buttes au labour ou à la main).
5. Désherbage pré-récolte./ Récolte./ Couper les tiges / résidus de coton et les incorporer au sol.

4.6 Coûts et intrants nécessaires aux activités d'entretien/ récurrentes (par an)

Spécifiez les intrants Unité Quantité Coûts par unité Coût total par intrant % du coût supporté par les exploitants des terres
Main d'œuvre Travail ha 1,0 160,0 160,0 100,0
Autre Semences de coton et cultures ha 1,0 28,0 28,0 100,0
Coût total d'entretien de la Technologie 188,0
Coût total d'entretien de la Technologie en dollars américains (USD) 188,0
Commentaires:

Machinery/ tools: équipement standard, pulvérisateur

4.7 Facteurs les plus importants affectant les coûts

Décrivez les facteurs les plus importants affectant les coûts :

L’équipement standard n’est pas inclus dans les coûts, le pulvérisateur à dos est fourni à crédit par l’association de producteurs (UNPCB) ; les sacs de transport sont donnés. La main-d’œuvre et autres intrants pour les mesures antiérosives ne sont pas inclus dans les coûts. Le biocide neem revient à 0,7 US$/l, la semence de coton bio à 1,7 US$/50 kg.

5. Environnement naturel et humain

5.1 Climat

Précipitations annuelles
  • < 250 mm
  • 251-500 mm
  • 501-750 mm
  • 751-1000 mm
  • 1001-1500 mm
  • 1501-2000 mm
  • 2001-3000 mm
  • 3001-4000 mm
  • > 4000 mm
Zone agro-climatique
  • semi-aride

Classe de climat thermique: tropiques. tropical, forte variabilité de la pluviométrie

5.2 Topographie

Pentes moyennes:
  • plat (0-2 %)
  • faible (3-5%)
  • modéré (6-10%)
  • onduleux (11-15%)
  • vallonné (16-30%)
  • raide (31-60%)
  • très raide (>60%)
Reliefs:
  • plateaux/ plaines
  • crêtes
  • flancs/ pentes de montagne
  • flancs/ pentes de colline
  • piémonts/ glacis (bas de pente)
  • fonds de vallée/bas-fonds
Zones altitudinales:
  • 0-100 m
  • 101-500 m
  • 501-1000 m
  • 1001-1500 m
  • 1501-2000 m
  • 2001-2500 m
  • 2501-3000 m
  • 3001-4000 m
  • > 4000 m
Commentaires et précisions supplémentaires sur la topographie:

Zones altitudinales: 101-500 m a.s.l. (300-500m)

5.3 Sols

Profondeur moyenne du sol:
  • très superficiel (0-20 cm)
  • superficiel (21-50 cm)
  • modérément profond (51-80 cm)
  • profond (81-120 cm)
  • très profond (>120 cm)
Texture du sol (de la couche arable):
  • grossier/ léger (sablonneux)
  • fin/ lourd (argile)
Matière organique de la couche arable:
  • moyen (1-3%)
Si disponible, joignez une description complète du sol ou précisez les informations disponibles, par ex., type de sol, pH/ acidité du sol, capacité d'échange cationique, azote, salinité, etc.

Texture du sol (de la couche arable): Grossier/léger ( sols sableux ou argilo-sableux ) et fin/lourd (le coton préfère un climat sec, chaud et ensoleillé, un minimum de 500 mm de pluie répartis sur la période de végétation (5 mois), les sols argileux profonds et lourds (vertisols) sans risque d'exploitation d'eau)
Fertilité du sol: Moyenne
Drainage des sols / infiltration: Moyenne

5.6 Caractéristiques des exploitants des terres appliquant la Technologie

Orientation du système de production:
  • exploitation mixte (de subsistance/ commerciale)
Individus ou groupes:
  • individu/ ménage
Niveau de mécanisation:
  • travail manuel
  • traction animale
Indiquez toute autre caractéristique pertinente des exploitants des terres:

Différence dans la participation des femmes et des hommes: certaines activités effecées en groupes d'entraide
Densité de la population: 50-100 personnes / km2
Orientation du système de production: Mixte (produits bio pour la vente ; les autres cultures : céréales, légumes et racines pour la subsistance)

5.7 Superficie moyenne des terres utilisées par les exploitants des terres appliquant la Technologie

  • < 0,5 ha
  • 0,5-1 ha
  • 1-2 ha
  • 2-5 ha
  • 5-15 ha
  • 15-50 ha
  • 50-100 ha
  • 100-500 ha
  • 500-1 000 ha
  • 1 000-10 000 ha
  • > 10 000 ha
Cette superficie est-elle considérée comme de petite, moyenne ou grande dimension (en se référant au contexte local)?
  • petite dimension
Commentaires:

Surface dédiée au coton : environ 1ha

5.8 Propriété foncière, droits d’utilisation des terres et de l'eau

Propriété foncière:
  • état
Droits d’utilisation des terres:
  • individuel
Commentaires:

Propriété foncière : groupes (clans familiaux), Etat

6. Impacts et conclusions

6.1 Impacts sur site que la Technologie a montrés

Impacts socio-économiques

Production

risque d'échec de la production

en augmentation
en baisse
Commentaires/ spécifiez:

Diminution du risque financier, moins d’endettement pour les intrants

Revenus et coûts

revenus agricoles

en baisse
en augmentation
Commentaires/ spécifiez:

Amélioration des revenus : les prix plus élevés du bio (+ 50% par rapport au coton conventionnel)

Autres impacts socio-économiques

Production costs

increased
reduced
Commentaires/ spécifiez:

diminution des coûts de production : moins de dépenses pour les intrants (-90% que le coton conventille)

Impacts socioculturels

situation sanitaire

détérioré
amélioré
Commentaires/ spécifiez:

Amélioration de la santé des hommes et des animaux : pas de risques sanitaires dus aux pesticides ; diversification des cultures

institutions communautaires

affaibli
renforcé
Commentaires/ spécifiez:

Amélioration de l’organisation (groupements de fermiers)

Possibilité de revenu pour les femmes

decreased
increased

Impacts écologiques

Sols

cycle/ recharge des éléments nutritifs

en baisse
en augmentation
Commentaires/ spécifiez:

due to organic manure and crop rotation

matière organique du sol/ au dessous du sol C

en baisse
en augmentation
Biodiversité: végétale, animale

espèces bénéfiques

en baisse
en augmentation
Commentaires/ spécifiez:

équilibre biologique entre ravageurs et prédateurs

Autres impacts écologiques

Capacité de rétention d’eau des sols

en baisse
augmenté

Pollution de l’environnement par des produits toxiques

augmenté
en baisse
Commentaires/ spécifiez:

Pas de pollution

6.2 Impacts hors site que la Technologie a montrés

Pollution de l’eau

augmenté
réduit
Commentaires/ spécifiez:

Diminution de la pollution

6.3 Exposition et sensibilité de la Technologie aux changements progressifs et aux évènements extrêmes/catastrophes liés au climat (telles que perçues par les exploitants des terres)

Commentaires:

Tolérance aux extrêmes climatiques due à la meilleure rétention d’eau des sols, réduction de l’érosion et diversification des cultures (moins de risque d’échec des cultures)

6.4 Analyse coûts-bénéfices

Quels sont les bénéfices comparativement aux coûts de mise en place (du point de vue des exploitants des terres)?
Rentabilité à court terme:

négative

Rentabilité à long terme:

légèrement positive

Quels sont les bénéfices comparativement aux coûts d'entretien récurrents (du point de vue des exploitants des terres)?
Rentabilité à court terme:

positive

Rentabilité à long terme:

très positive

Commentaires:

Les coûts de mise en place sont plus élevés que les revenues à causes des investissements initiaux et de la diminution initiale du rendement (période de reconversion). Rapport bénéfice-coût Les coûts de mise en place sont plus élevés que les revenues à causes des investissements initiaux et de la diminution initiale du rendement (période de reconversion). A long terme, les fermiers expérimentés obtiennent des rendements identiques voire supérieurs à ceux des systèmes conventionnels.

6.5 Adoption de la Technologie

De tous ceux qui ont adopté la Technologie, combien d'entre eux l'ont fait spontanément, à savoir sans recevoir aucune incitation matérielle, ou aucune rémunération? :
  • 0-10%
Commentaires:

100% des utilisateurs de terres avec support technologique

Commentaires sur la tendance à l'adoption: Adoption Le coton est le premier produit d’exportation du Burkina Faso et d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest (50-60% des revenus d’exportation). La proportion de coton bio augmente (1% de la production, actuellement). Environ 7000 fermiers produisent du coton bio au Burkina Faso, dont 28% de femmes.

6.7 Points forts/ avantages/ possibilités de la Technologie

Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé
Cette technologie permet d’améliorer la fertilité du sol, de diminuer les coûts (et ainsi les risques financiers) et d’éviter les effets négatifs de l’agriculture conventionnelle : diminution des rendements, résistance des ravageurs et maladies, risques sanitaires et problèmes environnementaux dus aux produits chimiques

6.8 Faiblesses/ inconvénients/ risques de la Technologie et moyens de les surmonter

Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue de l’exploitant des terres Comment peuvent-ils être surmontés?
Pénurie d’eau créer des structures de rétention d’eau.
Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé Comment peuvent-ils être surmontés?
Coexistence du coton bio et OGM : risque élevé de contamination intensifier la formation des fermiers ; créer une plateforme de coordination entre fermes bio et OGM; créer un système d’échantillonnage et d’analyses
Apports de fumier / compost insuffisants formation sur la production de compost promouvoir la fourniture de fumure organique
Distance importante jusqu’aux champs de coton (donc coûts de transport élevés) à cause du bétail en pâture près du village faire du foin et enclore le bétail.
Manque de terres, insécurité autour de la propriété promouvoir la location; résoudre le problème du régime foncier au niveau politique
Pénurie de matériel (p.ex. charrue) accès au crédit pour les fermiers à petite échelle.

7. Références et liens

7.2 Références des publications disponibles

Titre, auteur, année, ISBN:

Helvetas. 2008. Guide de production - Un manuel de reference (Authors: Ouedraogo A, Yombi L, Doumbia S, Eyhorn F, Dischl R)

Titre, auteur, année, ISBN:

Eyhorn F., S.G. Ratter, M. Ramakrishnan. 2005. Organic Cotton Crop Guide – A Manual for Practitioners in the Tropics; Research Institute of Organic Agriculture FiBL, Frick, Switzerland

Modules