Approches

Systeme d'Alerte Précoce [Tchad]

Khabar aldjallah aldjalah

approaches_1810 - Tchad

État complet: 89%

1. Informations générales

1.2 Coordonnées des personnes-ressources et des institutions impliquées dans l'évaluation et la documentation de l'Approche

Personne(s) ressource(s) clé(s)

exploitant des terres:
Nom du projet qui a facilité la documentation/ l'évaluation de l'Approche (si pertinent)
Book project: where people and their land are safer - A Compendium of Good Practices in Disaster Risk Reduction (DRR) (where people and their land are safer)
Nom du ou des institutions qui ont facilité la documentation/ l'évaluation de l'Approche (si pertinent)
CARITAS (Switzerland) - Suisse

1.3 Conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées

Quand les données ont-elles été compilées (sur le terrain)?

29/10/2016

Le compilateur et la(les) personne(s) ressource(s) acceptent les conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées:

Oui

2. Description de l'Approche de GDT

2.1 Courte description de l'Approche

Le système d'alerte précoce est un mécanisme permettant de prévenir les risques liés à l'insécurité alimentaire.

2.2 Description détaillée de l'Approche

Description détaillée de l'Approche:

Le système d'alerte précoce (SAP) est un mécanisme permettant de prévenir les risques liés à l'insécurité alimentaire. Cette approche est appliquée par les exploitants agricoles dans le canton Dadjo, au Tchad. Les Dadjo sont un groupe ethnique du centre du Tchad, dans la région du Guéra (département du Guéra). Le SAP a été mis en place après un diagnostic qui a montré que les acteurs locaux n'étaient pas suffisamment associés à la collecte, au traitement et à la diffusion des données du Comité Local d'Action (CLA) au niveau sous-préfectoral et/ou du Comité Départemental d'Action (CDA) au niveau départemental. Les informations produites par ces structures n'étaient pas régulières et fiables. De ce diagnostic, il a été décidé de mettre en place un mécanisme endogène favorisant l'implication des bénéficiaires eux-mêmes dans la collecte, le traitement et la diffusion des informations.

L'approche vise les objectifs suivants:
- Partage des informations en temps réel sur les risques de l’insécurité alimentaire;
- Promouvoir un outil de lutte contre l'insécurité alimentaire;
- Renforcer la résilience des acteurs locaux à travers des réponses rapides.

L'approche se base sur une équipe de 12 collecteurs et 4 agents de traitement. Les collecteurs collectent des données dans les ménages de l'ensemble des villages du canton Dadjo. Cette équipe a été formée par l'ONG ACORD dans le cadre de son partenariat avec Caritas Suisse. La collecte se fait à l'aide des fiches conçues avec l'appui de l'ONG ACORD en prenant en compte les expériences et connaissances locales. La collecte se fait périodiquement. Par exemple de juin à août, la collecte se focalise sur l'état des cultures, les ennemies des cultures, le mercuriale ou le prix des denrées alimentaires sur les marchés locaux, les pathologies animales et humaines, l'état des pâturages, etc. Les données ainsi collectées sont centralisées au niveau des agents de traitement. Le traitement se fait à ce deuxième niveau, puis les données compilées sont transmises au CDA (Comité Départemental d'Action) pour validation. Ce n'est qu'après la validation que les informations sont diffusées sur l'ensemble des villages du canton lors des assemblées générales villageoises de restitution. En plus, un bulletin trimestriel présentant une synthèse des informations sur la sécurité alimentaire sont produits et remis aux responsables des grappes de villages (4 grappes de villages ont été constitués, chaque grappe comprend entre 6 à 12 villages) pour exploitation et la diffusion à plus grande échelle.

Les informations du SAP sont utilisées pour planifier les activités de production. Lorsque la campagne ou la pluviométrie s'annonce mauvaise, les habitants informées de la situation développent des alternatives comme les activités de maraîchage, le choix des variété précoce pour la production céréalière, la constitution ou reconstitution de stock céréalier au niveau des greniers communautaires, le développement ou la mise en place des mécanismes sociaux d'entraide (octroi des crédits aux plus démunis).

Les parties prenantes impliquées sont:
- Les autorités traditionnelles et administratives
- Les responsables des organisations de la société civile.
Leurs rôles consistent à faciliter la mise en œuvre du processus enclenché dans le canton.

Les exploitants des terres apprécient les réponses rapides apportées par les communautés, les bailleurs et l'état à l’issue des informations diffusées ainsi que la forte cohésion entre les différentes communautés. Cette implication a permis une bonne appropriation de l'approche par la communauté qui a décidé de motiver les collecteurs et les agents de traitement. Le SAP du canton Dadjo continue de fonctionner actuellement sans l'appui de l'ONG ACORD.


2.3 Photos de l'approche

2.5 Pays/ région/ lieux où l'Approche a été appliquée

Pays:

Tchad

Région/ Etat/ Province:

Région du Guéra, Département du Guéra

2.6 Dates de début et de fin de l'Approche

Indiquez l'année de démarrage:

2013

Si l'année précise est inconnue, indiquez approximativement quand l'Approche a démarré:

il y a moins de 10 ans (récemment)

2.7 Type d'Approche

  • fondé sur un projet/ programme

2.8 Principaux objectifs de l'Approche

- Diffuser les informations en temps réel sur les risques liés à l'insécurité alimentaire,
- Promouvoir un outil de lutte contre l'insécurité alimentaire,
- Renforcer la résilience des acteurs locaux à travers des réponses rapides.

2.9 Conditions favorisant ou entravant la mise en œuvre de la(des) Technologie(s) appliquée(s) sous l'Approche

normes et valeurs sociales/ culturelles/ religieuses
  • favorise

Cohésion sociale entre les communautés

disponibilité/ accès aux ressources et services financiers
  • entrave

Les collecteurs se sont engagés bénévolement. Toutefois, ils perçoivent une petite compensation en contrepartie de leur travail. Ces fonds sont prélevés au niveau des caisses des greniers communautaires. Une des difficultés est liée au fait que les greniers communautaires ne génèrent pas assez de ressources suffisantes.

collaboration/ coordination des acteurs
  • favorise

Actions entre les services techniques déconcentrés de l’état et les membres du système d'alerte précoce dans la collecte et l'analyse des données

connaissances sur la GDT, accès aux supports techniques
  • entrave

L'équipe de traitement a besoin d'un renforcement de capacité continu pour leur permettre de bien traiter et analyser les données

3. Participation et rôles des parties prenantes impliquées dans l'Approche

3.1 Parties prenantes impliquées dans l'Approche et rôles

  • organisations communautaires

Association Cantonale pour le Développement (ADC)

- Actions de sensibilisation et d'information dans les villages
- Mobilisation des cotisations pour faciliter la mise en œuvre

  • gouvernement local

Services techniques déconcentrés de l’état

- Analyse des données

  • organisation internationale

ACORD - TCHAD
CARITAS SUISSE

- Coordination
- Fiancement

Si plusieurs parties prenantes sont impliquées, indiquez l'organisme chef de file ou l'institution responsable:

ACORD - TCHAD et CARITAS SUISSE

3.2 Participation des exploitants locaux des terres/ communautés locales aux différentes phases de l'Approche
Participation des exploitants locaux des terres/ communautés locales Spécifiez qui était impliqué et décrivez les activités
initiation/ motivation aucun
planification aucun
mise en œuvre interactive Des appuis venant des services techniques de l’état notamment le Comité Départementale d'Action (CDA) département et de ACORD dans le cadre de traitement et d’analyse des informations collectées.
suivi/ évaluation auto-mobilisation

3.3 Diagramme/ organigramme (si disponible)

Description:

Organigramme du système d'alerte précoce (SAP):
(1) Lieux de la collecte d’information
(2) et (3) Collecteurs et Référents Village (substituts des collecteurs dans les villages)
(4) Vérification des informations par les Présidents des zones
(5) Le Bureau de SAP avec l’appui d’ACORD assurent une analyse globale des informations
(6) Rôle de l’Etat : sans l’aval des services décentralisé de l’Etat, ni ACORD, ni le bureau du SAP ne peut lancer l’alerte. Les responsables des services décentralisés de l’Etat sont associés dans l’approbation des informations qui vont être publiées. L’organe qui s’occupe de cette vérification dans le département est nommé le CDA (Comité Départemental d’Action).
(7) Promotion des initiatives communautaires comme réponses endogènes. Seul le grenier peut apporter des réponses urgente et à la hauteur dans cette zone.
(8) Elargie le niveau d’alerte à la hiérarchie administrative supérieur qui est la région
(9) Fait référence à toutes les actions d’alerte à mener au niveau national ou international afin d’avoir une réponse en cas de crise.

Auteur:

Moustapha Ali ( ACORD)

3.4 Prises de décision pour la sélection de la Technologie/ des Technologies

Indiquez qui a décidé de la sélection de la Technologie/ des Technologies à mettre en œuvre:
  • les exploitants des terres seuls (auto-initiative)
Spécifiez sur quelle base ont été prises les décisions:
  • expériences et opinions personnelles (non documentées)

4. Soutien technique, renforcement des capacités et gestion des connaissances

4.1 Renforcement des capacités/ formation

Une formation a-t-elle été dispensée aux exploitants des terres/ autres parties prenantes?

Oui

Spécifiez qui a été formé:
  • personnels/ conseillers de terrain
Formats de la formation:
  • Ateliers de formation
Thèmes abordés:

- Technique de collecte des données
- Technique d’analyse et diffusion de données
- Technique de suivi-évaluation des informations diffusées



4.2 Service de conseils

Les exploitants des terres ont-ils accès à un service de conseils?

Oui

Spécifiez si le service de conseils est fourni:
  • dans des centres permanents

4.3 Renforcement des institutions (développement organisationnel)

Des institutions ont elles été mises en place ou renforcées par le biais de l'Approche?
  • oui, beaucoup
Spécifiez à quel(s) niveau(x), ces institutions ont été renforcées ou mises en place:
  • local
  • régional
Décrivez l'institution, ses rôles et responsabilités, ses membres, etc.

Membres du système d'alerte précoce: 12 collecteurs et 4 agents de traitement.

Précisez le type de soutien:
  • renforcement des capacités/ formation
  • équipement
Donnez plus de détails:

Appui technique pour s'approprier l'approche et pouvoir la répliquer
Motos pour les collecteurs en vue de faciliter le travail, deux ordinateurs, une imprimante, un pluviomètre

4.4 Suivi et évaluation

Le suivi et l'évaluation font ils partie de l'Approche? :

Oui

Si oui, ce document est-il destiné à être utilisé pour le suivi et l'évaluation?

Non

4.5 Recherche

La recherche a-t-elle fait partie intégrante de l’Approche?

Oui

Spécifiez les thèmes:
  • sociologie
  • économie/ marketing
Donnez plus de détails et indiquez qui a mené ces recherches:

L'approche SAP mis en œuvre dans le canton Dadjo permet également la collecte de données sur les prix des premières denrées alimentaires sur les marchés locaux du canton. Cette collecte permet d'informer les agriculteurs et éleveurs sur les prix pour leur permettre de vendre leurs productions au moment opportun leur garantissant un gain substantiel.

5. Financement et soutien matériel externe

5.1 Budget annuel de la composante GDT de l'Approche

Si le budget annuel précis n'est pas connu, indiquez une fourchette:
  • 2 000-10 000
Commentez (par ex. principales sources de financement/ principaux bailleurs de fonds):

Mobilisation de sources propres (cotisation par village)
Financement externe (Caritas Suisse)

5.2 Soutiens financiers/ matériels fournis aux exploitants des terres

Les exploitants des terres ont-ils reçu un soutien financier/ matériel pour la mise en œuvre de la Technologie/ des Technologies?

Oui

Si oui, spécifiez le(s) type(s) de soutien, les conditions et les fournisseurs:

Les motos ont été acquis par ACORD sur le financement de Caritas Suisse. Elles ont été mises à la disposition du SAP du canton Dadjo sur la base d'un contrat entre les deux parties. Le canton Dadjo s'engageant à bien entretenir ces moto. Après une année, les motos ont été cédées au canton pour la poursuite des activités du SAP.

5.3 Subventions pour des intrants spécifiques (incluant la main d'œuvre)

  • aucun
 
Si la main d'œuvre fournie par les exploitants des terres était un intrant substantiel, elle était:
  • volontaire

5.4 Crédits

Des crédits ont-ils été alloués à travers l'Approche pour les activités de GDT?

Non

5.5 Autres incitations ou instruments

D'autres incitations ou instruments ont-ils été utilisés pour promouvoir la mise en œuvre des Technologies de GDT?

Oui

Si oui, spécifiez:

L'équipe qui pilote le SAP reçoit régulièrement des formations. Elle jouit d'une reconnaissance sociale au sein de la communauté pour leur travail et engagement bénévole.

6. Analyses d'impact et conclusions

6.1 Impacts de l'Approche

Est-ce que l'Approche a autonomisé les exploitants locaux des terres, amélioré la participation des parties prenantes?
  • Non
  • Oui, un peu
  • Oui, modérément
  • Oui, beaucoup

Les habitants du cantons et surtout les femmes sont de plus en plus impliqués et concertés dans la prise de décisions concernant les adaptations face aux changement climatique qui se ressent dans le canton Dadjo.

Est-ce que l'Approche a permis la prise de décisions fondées sur des données probantes?
  • Non
  • Oui, un peu
  • Oui, modérément
  • Oui, beaucoup

Par exemple le démarrage des activités maraîchères lorsque les informations diffusées indiquent que la campagne agricole en cours est mauvaise.

Est-ce que l'Approche a construit/ renforcé les institutions, la collaboration entre parties prenantes?
  • Non
  • Oui, un peu
  • Oui, modérément
  • Oui, beaucoup

Les liens de solidarité sont renforcés entre les habitants du cantons Dadjo, voire avec ceux des autres cantons. Ces habitants ont compris la nécessité de participer comme acteur à part entière dans le développement de leur zone.

Est-ce que l'Approche a amélioré l'égalité entre hommes et femmes et autonomisé les femmes et les filles?
  • Non
  • Oui, un peu
  • Oui, modérément
  • Oui, beaucoup

Les femmes font des activités génératrice de revenu pour subvenir aux besoins de leur ménage (santé, scolarisation des enfant, etc.).

6.2 Principale motivation des exploitants des terres pour mettre en œuvre la GDT

  • augmenter la production

Disponibilité des semences pendant la campagne agricole;
Accroitre les superficies à emblaver ;
Mettre assez de temps dans son propre champs en vue de mieux produire.

  • réduire les risques de catastrophe

6.3 Durabilité des activités de l'Approche

Les exploitants des terres peuvent-ils poursuivre ce qui a été mis en œuvre par le biais de l'Approche (sans soutien extérieur)?
  • oui
Si oui, décrivez de quelle manière:

En effet, après la fin du projet ayant conduit à la mise en place du système d'alerte précoce 2013. Les membres du système d'alerte précoce poursuivent leurs activités sans relâche en produisant 06 bulletins d'information sur la sécurité alimentaire.

6.4 Points forts/ avantages de l'Approche

Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue de l'exploitant des terres
- Le partage des informations sur les risques de l'insécurité alimentaire en temps réel;
- Des réponses rapides apportées après la diffusion des informations.
Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé
- Le lien fort crée avec les autorités traditionnelles et administratives
- Une prise de conscience sur les effets des changements climatiques

6.5 Faiblesses/ inconvénients de l'Approche et moyens de les surmonter

Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue de l’exploitant des terres Comment peuvent-ils être surmontés?
- Insuffisance des moyens de transport (motos) pour couvrir l'ensemble des villages (46) du canton;
- Faible mobilisation communautaire pour financer le Système d'Alerte Précoce et motiver les collecteurs;
- Insuffisance des moyens financiers pour produire assez de bulletins.


- Augmenter le nombre de motos existantes;
- Utilisation des téléphones
- Renforcer les campagnes de sensibilisation pour mobiliser des fonds;
Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé Comment peuvent-ils être surmontés?
Faible compétence de compilation, de saisie et d’analyse Formations

7. Références et liens

7.1 Méthodes/ sources d'information

  • visites de terrain, enquêtes sur le terrain

25 personnes

  • interviews/entretiens avec les exploitants des terres

25 personnes

Modules