Vous utilisez probablement une version dépassée et inactive de ce dossier. Passez à la dernière version de ce dossier.
Technologies
Inactif

Période de fermeture du pâturage de l'almou collectif servant aux équins. [Maroc]

ⴰⵍⵎⵓ ⵏ ⵜⴰⵇⴱⵉⵍⵜ

technologies_3157 - Maroc

État complet: 88%

1. Informations générales

1.2 Coordonnées des personnes-ressources et des institutions impliquées dans l'évaluation et la documentation de la Technologie

Personne(s)-ressource(s) clé(s)

exploitant des terres:

Khajja Moha

Maroc

exploitant des terres:

Khajja Lahcen

Maroc

Spécialiste GDT:
Nom du projet qui a facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
Projet de Gestion Participative et Intégrée des Bassins Versants pour la Lutte contre l’Erosion (FAO/GPC/MOR/050/SWI)
Nom du ou des institutions qui ont facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
Bern University of Applied Sciences, School of Agricultural, Forest and Food Sciences (HAFL) - Suisse

1.3 Conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées

Le compilateur et la(les) personne(s) ressource(s) acceptent les conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées:

Oui

1.4 Déclaration sur la durabilité de la Technologie décrite

Est-ce que la Technologie décrite ici pose problème par rapport à la dégradation des terres, de telle sorte qu'elle ne peut pas être déclarée comme étant une technologie de gestion durable des terres?

Non

1.5 Référence au(x) Questionnaires sur les Approches de GDT (documentées au moyen de WOCAT)

2. Description de la Technologie de GDT

2.1 Courte description de la Technologie

Définition de la Technologie:

Une terre de parcours collective, située dans la zone basse et inondable proche de la rivière (almou), est mise en défens de mars à juin afin de permettre la régénération de l'herbe.

2.2 Description détaillée de la Technologie

Description:

La fermeture au pâturage est appliquée dans le Moyen-Atlas marocain, dans les villages éloignés des centres urbains possédant des institutions traditionnelles (Jmaâs, conseils tribaux) socialement fortes. Les douars sont situés dans les vallées où sont cultivées les céréales et les terres basses et inondables non cultivées produisent du fourrage pour le bétail. La plus grande partie du fourrage pour ce bétail vient des parcours sévèrement dégradés, en partie dans les forêts. Les familles se répartissent les tâches, quelqu’un s’occupant du bétail dans les parcours, quelqu’un d’autre s’occupe des cultures. Les équins étant utilisés comme animaux de travail, ils ne peuvent pas être dans les parcours toute la journée avec les bergers, il leur faut du fourrage à proximité.
Une partie de ces terres de parcours terres collectives, basses et inondables proche de la rivière, est réservée aux équins. Ceci limite la charge totale en bétail mangeant l’herbe.
La Jmaâ, conseil tribal, ferme l’accès à tout animal pour les mois de Mars à Juin. Le but de cette fermeture est de permettre la régénération de la végétation, constituée principalement d’herbes. De plus, cela réduit la destruction du couvert végétal et la compaction pendant la période la plus humide de l’année.
Afin d’entretenir ce système très ancien, n’ayant pas changé depuis des décades, l’important est le respect de ces règles par les habitants des douars. Afin de faire respecter ces règles, des sanctions graduelles sont appliquées par la Jmaâ, conseil tribal. Si quelqu’un fait pâturer une autre espèce de bétail, par exemple son troupeau de chèvres et moutons, ou s’il ne respecte pas la période de fermeture du pâturage, la Jmaâ envoie un groupe de vingt personnes chez lui pour se faire restaurer. Ils y restent jusqu’à ce qu’ils soient rassasiés. Si la même personne brise la règle une autre fois, elle doit restaurer 40 personnes, et à la troisième fois elle est exclue du village.
Afin d’entretenir cette terre, la coupe de plantes épineuses est nécessaire.
Les avantages de cette fermeture et ouverture de la terre collective pour les équins est l’augmentation de la production de fourrage, et la réduction de la dégradation des terres.
La plupart des habitants apprécient et comprennent l’utilité de la fermeture de cette terre collective pour l’augmentation de la production fourragère. Par contre, certaines rares personnes ne comprennent pas pourquoi elles ne peuvent pas faire pâturer leur bétail alors que les autres pâturages ne produisent presque rien.

2.3 Photos de la Technologie

2.5 Pays/ région/ lieux où la Technologie a été appliquée et qui sont couverts par cette évaluation

Pays:

Maroc

Région/ Etat/ Province:

Midelt

Autres spécifications du lieu:

Louggagh et Tighermin

Spécifiez la diffusion de la Technologie:
  • répartie uniformément sur une zone
Si la Technologie est uniformément répartie sur une zone, précisez la superficie couverte (en km2):

0,04

S'il n'existe pas d'informations exactes sur la superficie, indiquez les limites approximatives de la zone couverte:
  • < 0,1 km2 (10 ha)
Commentaires:

Sur 1 ha à Tighermin, et sur 3 ha à Louggagh

2.6 Date de mise en œuvre de la Technologie

Si l'année précise est inconnue, indiquez la date approximative: :
  • il y a plus de 50 ans (technologie traditionnelle)

2.7 Introduction de la Technologie

Spécifiez comment la Technologie a été introduite: :
  • dans le cadre d'un système traditionnel (> 50 ans)

3. Classification de la Technologie de GDT

3.1 Principal(aux) objectif(s) de la Technologie

  • améliorer la production
  • réduire, prévenir, restaurer les terres dégradées
  • préserver l'écosystème

3.2 Type(s) actuel(s) d'utilisation des terres, là où la Technologie est appliquée

Pâturages

Pâturages

Pâturage extensif:
  • Ranching
Type d'animal:
  • chevaux
Commentaires:

Principales espèces animales et principaux produits: Utilisé pour équins principalement.

Nombre de période de croissance par an: 1

3.4 Approvisionnement en eau

Approvisionnement en eau des terres sur lesquelles est appliquée la Technologie:
  • pluvial

3.5 Groupe de GDT auquel appartient la Technologie

  • fermeture de zones (arrêt de tout usage, appui à la réhabilitation)
  • pastoralisme et gestion des pâturages

3.6 Mesures de GDT constituant la Technologie

modes de gestion

modes de gestion

  • M2: Changement du niveau de gestion / d'intensification
  • M3: Disposition/plan en fonction de l'environnement naturel et humain

3.7 Principaux types de dégradation des terres traités par la Technologie

dégradation biologique

dégradation biologique

  • Bc: réduction de la couverture végétale
  • Bq: baisse de la quantité/ biomasse

3.8 Prévention, réduction de la dégradation ou réhabilitation des terres dégradées

Spécifiez l'objectif de la Technologie au regard de la dégradation des terres:
  • prévenir la dégradation des terres
  • réduire la dégradation des terres

4. Spécifications techniques, activités, intrants et coûts de mise en œuvre

4.1 Dessin technique de la Technologie

Spécifications techniques (associées au dessin technique):

Photo de Louggagh, avec l'almou collectif, d'une taille de 3 ha, entouré de rouge.
A noter: la dégradation des parcours adjacents, dans lesquels aucune fermeture n’est appliquée. C’était antérieurement une forêt fermée de chêne vert et de cèdre.

Auteur:

Stefan Graf

Date:

24/09/2017

4.2 Informations générales sur le calcul des intrants et des coûts

Spécifiez la manière dont les coûts et les intrants ont été calculés:
  • par entité de la Technologie
Précisez l'unité:

C'est par almou

Précisez les dimensions de l'unité de terrain (le cas échéant):

L'almou fait 3 ha a Louggagh, celui de Tighermin fait 1 ha

autre/ monnaie nationale (précisez):

Dirhams

Indiquez le taux de change des USD en devise locale, le cas échéant (p.ex. 1 USD = 79.9 réal brésilien): 1 USD = :

10,0

Indiquez le coût salarial moyen de la main d'œuvre par jour:

80

4.3 Activités de mise en place/ d'établissement

Commentaires:

L'organisation de la mise en place de l'activité est ancienne, donc ne peut pas être reconstruite.

4.5 Activités d'entretien/ récurrentes

Activité Calendrier/ fréquence
1. Taille des plantes épineuses (Ononis spinosa, Carduus pycnocephalus...) En fonction des besoins, pas de contrôle de la quantité de travail
2. Surveillance pour éviter le pâturage en dehors de la saison, ou par d'autre bétail En permanence, se fait en passant lors de la vie quotidienne.
Commentaires:

Certains utilisateurs des terres disent qu'il n'est jamais nécessaire de couper les plantes épineuses, d'autres qu'ils les coupent parfois. De ce fait, il est impossible d'estimer la charge en travail nécessaire pour la coupe de ces plantes épineuses.

4.6 Coûts et intrants nécessaires aux activités d'entretien/ récurrentes (par an)

Spécifiez les intrants Unité Quantité Coûts par unité Coût total par intrant % du coût supporté par les exploitants des terres
Main d'œuvre Taille des plantes épineuses jours 80,0 100,0
Main d'œuvre Surveillance pour éviter le pâturage hors-saison, et par d'autres types de bétail jours 80,0 100,0
Commentaires:

Selon certains utilisateurs des terres, il n'est jamais nécessaire de couper les plantes épineuses envahissant l'almou. Selon d'autres utilisateurs, il est parfois nécessaire de les couper pour éviter qu'elles remplacent l'herbe. De ce fait, il est difficile d'estimer la charge en travail nécessaire pour la coupe de ces plantes épineuses.

La surveillance se fait au cours de la vie quotidienne, car l'almou collectif est juste à coté des douars, et personne ne doit être engagé pour le faire.

4.7 Facteurs les plus importants affectant les coûts

Décrivez les facteurs les plus importants affectant les coûts :

La coupe des plantes épineuses envahissant l'almou est le seul travail nécessaire pour le maintien de l'almou productif. De ce fait, la quantité de plantes épineuses poussant dans l'almou est le facteur influant le plus sur les couts.

5. Environnement naturel et humain

5.1 Climat

Précipitations annuelles
  • < 250 mm
  • 251-500 mm
  • 501-750 mm
  • 751-1000 mm
  • 1001-1500 mm
  • 1501-2000 mm
  • 2001-3000 mm
  • 3001-4000 mm
  • > 4000 mm
Zone agro-climatique
  • semi-aride

5.2 Topographie

Pentes moyennes:
  • plat (0-2 %)
  • faible (3-5%)
  • modéré (6-10%)
  • onduleux (11-15%)
  • vallonné (16-30%)
  • raide (31-60%)
  • très raide (>60%)
Reliefs:
  • plateaux/ plaines
  • crêtes
  • flancs/ pentes de montagne
  • flancs/ pentes de colline
  • piémonts/ glacis (bas de pente)
  • fonds de vallée/bas-fonds
Zones altitudinales:
  • 0-100 m
  • 101-500 m
  • 501-1000 m
  • 1001-1500 m
  • 1501-2000 m
  • 2001-2500 m
  • 2501-3000 m
  • 3001-4000 m
  • > 4000 m
Indiquez si la Technologie est spécifiquement appliquée dans des:
  • non pertinent

5.3 Sols

Profondeur moyenne du sol:
  • très superficiel (0-20 cm)
  • superficiel (21-50 cm)
  • modérément profond (51-80 cm)
  • profond (81-120 cm)
  • très profond (>120 cm)
Texture du sol (de la couche arable):
  • moyen (limoneux)
Texture du sol (> 20 cm sous la surface):
  • grossier/ léger (sablonneux)
  • moyen (limoneux)
Matière organique de la couche arable:
  • moyen (1-3%)

5.4 Disponibilité et qualité de l'eau

Profondeur estimée de l’eau dans le sol:

< 5 m

Disponibilité de l’eau de surface:

bonne

Qualité de l’eau (non traitée):

faiblement potable (traitement nécessaire)

La salinité de l'eau est-elle un problème? :

Non

La zone est-elle inondée?

Oui

Régularité:

épisodiquement

5.5 Biodiversité

Diversité des espèces:
  • élevé
Diversité des habitats:
  • élevé
Commentaires et précisions supplémentaires sur la biodiversité:

Comparé aux parcours et forêts dégradés en hauteurs, il y a une grande biodiversité dans le pâturage. De plus, les brises-vents et la rivière à coté constituent une diversité d'habitats.

5.6 Caractéristiques des exploitants des terres appliquant la Technologie

Sédentaire ou nomade:
  • Sédentaire
Orientation du système de production:
  • subsistance (auto-approvisionnement)
  • exploitation mixte (de subsistance/ commerciale)
Revenus hors exploitation:
  • moins de 10% de tous les revenus
  • 10-50% de tous les revenus
Niveau relatif de richesse:
  • moyen
Individus ou groupes:
  • groupe/ communauté
Niveau de mécanisation:
  • travail manuel
Genre:
  • femmes
  • hommes
Age des exploitants des terres:
  • jeunes
  • personnes d'âge moyen
Indiquez toute autre caractéristique pertinente des exploitants des terres:

Tout le village utilise le parcours pour les équins, ainsi que les personnes de passage.

5.7 Superficie moyenne des terres utilisées par les exploitants des terres appliquant la Technologie

  • < 0,5 ha
  • 0,5-1 ha
  • 1-2 ha
  • 2-5 ha
  • 5-15 ha
  • 15-50 ha
  • 50-100 ha
  • 100-500 ha
  • 500-1 000 ha
  • 1 000-10 000 ha
  • > 10 000 ha
Cette superficie est-elle considérée comme de petite, moyenne ou grande dimension (en se référant au contexte local)?
  • moyenne dimension
Commentaires:

Tous les exploitants des terres utilisent ce pâturage collectif.

5.8 Propriété foncière, droits d’utilisation des terres et de l'eau

Propriété foncière:
  • communauté/ village
Droits d’utilisation des terres:
  • communautaire (organisé)
Droits d’utilisation de l’eau:
  • communautaire (organisé)

5.9 Accès aux services et aux infrastructures

santé:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
éducation:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
assistance technique:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
emploi (par ex. hors exploitation):
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
marchés:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
énergie:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
routes et transports:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
eau potable et assainissement:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
services financiers:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne

6. Impacts et conclusions

6.1 Impacts sur site que la Technologie a montrés

Impacts socio-économiques

Production

production fourragère

en baisse
en augmentation
Commentaires/ spécifiez:

Grâce à la période de repos.

qualité des fourrages

en baisse
en augmentation
Commentaires/ spécifiez:

Grâce à la grandeur du fourrage.

gestion des terres

entravé
simplifié
Commentaires/ spécifiez:

Grâce à des règles d'utilisation claires.

Revenus et coûts

charge de travail

en augmentation
en baisse
Commentaires/ spécifiez:

Car il y a une plus grande production proche du douar

Impacts socioculturels

connaissances sur la GDT/ dégradation des terres

réduit
amélioré
Commentaires/ spécifiez:

Les habitants peuvent voir quel effet une mise en défens a sur la qualité des parcours.

apaisement des conflits

détérioré
amélioré
Commentaires/ spécifiez:

Grâce à des règles d'utilisation claires.

situation des groupes socialement et économiquement désavantagés

détérioré
amélioré
Commentaires/ spécifiez:

Ils peuvent faire pâturer leurs équins dans les terres collectives productives.

Impacts écologiques

Sols

couverture du sol

réduit
amélioré
Commentaires/ spécifiez:

Grâce à la période de repos, qui évite le surpâturage.

Biodiversité: végétale, animale

Couverture végétale

en baisse
en augmentation
Commentaires/ spécifiez:

Grâce à la période de repos, qui évite le surpâturage.

biomasse/ au dessus du sol C

en baisse
en augmentation
Commentaires/ spécifiez:

Grâce à la période de repos, qui évite le surpâturage.

6.2 Impacts hors site que la Technologie a montrés

Pression de pâturage sur les parcours environnent

Augmenté
Réduit
Commentaires/ spécifiez:

La pression de pâturage sur les parcours environnent diminue grâce à l'augmentation de la production fourragère de l'almou pour les équins.

6.3 Exposition et sensibilité de la Technologie aux changements progressifs et aux évènements extrêmes/catastrophes liés au climat (telles que perçues par les exploitants des terres)

Changements climatiques progressifs

Changements climatiques progressifs
Saison Augmentation ou diminution Comment la Technologie fait-elle face à cela?
précipitations annuelles décroît modérément
Commentaires:

La diminution de pluies en été réduit la production fourragère.

6.4 Analyse coûts-bénéfices

Quels sont les bénéfices comparativement aux coûts d'entretien récurrents (du point de vue des exploitants des terres)?
Rentabilité à court terme:

légèrement positive

Rentabilité à long terme:

positive

6.5 Adoption de la Technologie

  • > 50%
Si disponible, quantifiez (nombre de ménages et/ou superficie couverte):

Tous les ménages possédant un âne ou mulet utilisent la zone de mise en défens après l'ouverture.

De tous ceux qui ont adopté la Technologie, combien d'entre eux l'ont fait spontanément, à savoir sans recevoir aucune incitation matérielle, ou aucune rémunération? :
  • 91-100%

6.6 Adaptation

La Technologie a-t-elle été récemment modifiée pour s'adapter à l'évolution des conditions?

Non

6.7 Points forts/ avantages/ possibilités de la Technologie

Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue de l'exploitant des terres
Permet de produire plus de fourrage.
Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé
La technologie montre que des mises en défens temporaires des parcours augmentent la production fourragère, ce qui pourrait aussi être appliqué dans d'autres zones.

6.8 Faiblesses/ inconvénients/ risques de la Technologie et moyens de les surmonter

Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue de l’exploitant des terres Comment peuvent-ils être surmontés?
Quand il n'y a pas d'herbe ailleurs, c'est interdit d'aller faire pâturer le bétail dans l'almou, ce qui n'est pas logique (avis de quelques rares utilisateurs des terres ne comprenant pas la régénération de l'herbe) Avoir des mises en défens temporaires dans tous les parcours, afin d'augmenter la production totale.
Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé Comment peuvent-ils être surmontés?
L'utilisation seulement pour les équins favorise certaines espèces de plantes épineuses (Ononis spinosa, Carduus pycnocephalus...), qui ne sont pas valorisées. Utiliser ces plantes pour les caprins, qui les consomment.
Il n'y a pas d'adaptation de la période de repos en fonction de la qualité du parcours, les dates sont fixes. L'adapter en fonction de la qualité, peut-être en partitionnant l'almou collectif en plusieurs zone, qui sont pâturées en rotation.

7. Références et liens

7.1 Méthodes/ sources d'information

  • visites de terrain, enquêtes sur le terrain

Interview direct avec deux exploitants des terres, ainsi qu'avec le conseil tribal du douar de Tighermin

  • interviews/entretiens avec les exploitants des terres

Interview direct avec deux exploitants des terres, ainsi qu'avec le conseil tribal du douar de Tighermin

  • interviews/ entretiens avec les spécialistes/ experts de GDT

Discussions avec un chercheur travaillant sur les parcours dans ces douars.

Quand les données ont-elles été compilées (sur le terrain)?

29/08/2017

7.2 Références des publications disponibles

Titre, auteur, année, ISBN:

Culturally Mediated Provision of Ecosystem Services: The AGDAL of Yagour, Dominiguez. IN: Continuity and Change in Cultural Adaptation to Mountain Environments, Lozny, 2013,

Disponible à partir d'où? Coût?

http://www.springer.com/gp/book/9781461457015

7.3 Liens vers les informations pertinentes en ligne

Titre/ description:

Participatory Rangeland Management Guidelines by Flintan & Cullis

URL:

http://www.fao.org/fileadmin/user_upload/drought/docs/Participatory%20range%20land%20management%20RM%20Guideline%20(4).pdf

Titre/ description:

Patrimony for Resilience: evidence from the Forest Agdal in the Moroccan High Atlas Mountain

URL:

https://www.ecologyandsociety.org/vol16/iss4/art24/

Modules