Technologies

Rotation culturale: céréales/légumineuses fourragères (lupin) [Maroc]

Bernicha

technologies_1031 - Maroc

État complet: 82%

1. Informations générales

1.2 Coordonnées des personnes-ressources et des institutions impliquées dans l'évaluation et la documentation de la Technologie

Personne(s)-ressource(s) clé(s)

exploitant des terres:

El Moudni Mohamed

Centre de Travaux agricoles

Maroc

Spécialiste GDT:

Machmachi Issam

Chaire Unesco Environnement.

Maroc

exploitant des terres:

Benmbarek Abdelaziz

Exploitant. Douar Chiakh, Sidi Azouz, Commune des Shoul

Maroc

Nom du projet qui a facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
DESIRE (EU-DES!RE)
Nom du ou des institutions qui ont facilité la documentation/ l'évaluation de la Technologie (si pertinent)
University Ibn Tofail (University Ibn Tofail) - Maroc

1.3 Conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées

Le compilateur et la(les) personne(s) ressource(s) acceptent les conditions relatives à l'utilisation par WOCAT des données documentées:

Oui

1.5 Référence au(x) Questionnaires sur les Approches de GDT (documentées au moyen de WOCAT)

2. Description de la Technologie de GDT

2.1 Courte description de la Technologie

Définition de la Technologie:

Rotation culturale: céréales/légumineuses fourragères (lupin), selon un assolement biennal.

2.2 Description détaillée de la Technologie

Description:

L’agriculture est l’activité principale des populations de la commune de Sehoul. Elle se basait, autrefois, sur une culture de subsidence et surtout sur un élevage exclusivement extensif pratiqué en dehors de l’exploitation (parcours forestier, vaine pâture des versants du Grou et de Bouregreg). La monoculture qui faisait succéder l’orge à lui même était de loin la pratique culturale la plus utilisée. Actuellement, les assolements sont de plus en plus diversifiés (intégration d’autres variétés de céréales et surtout les légumineuses). A cause de la dégradation du parcours forestier l’agriculteur utilise de plus en plus les parcelles de son exploitation pour des cultures fourragères telles que l’avoine et le lupin. L’introduction du lupin blanc dans la région date de l’époque coloniale (1912-1956). Son implantation dans la région est le fruit d’initiatives individuelles et n’a pas nécessité des interventions externes. Parmi les grands avantages de cette culture, c’est qu’elle peut être cultivée sur des sols pauvres et caillouteux et comme les autres légumineuses, le lupin fixe l’azote de l’air et peut donc se passer d’engrais azotés, ce qui réduit les coûts. Aussi le lupin n’est pas exigent en eau (un minimum de 350 mm par an est suffisant) et ne nécessite qu’un seul labour.

Purpose of the Technology: En relation avec la vocation pastorale de la commune de Sehoul la stratégie en question répond à plusieurs attentes de la population dont principalement les suivantes :
- amélioration de la production fourragère. Le lupin est une légumineuse qui entre dans l’alimentation des ruminants soit comme fourrage vert soit en grains.
- amélioration des sols par une amélioration de la structure, une augmentation des teneurs en matière organique et des reliquats azotés qui sont valorisés par la culture suivante.
- amélioration de la couverture du sol, le lupin est une plante envahissante, elle a des racines particulièrement efficaces pour trouver les nutriments dont ils ont besoin et qui peuvent pousser sur des sols pauvres.

Establishment / maintenance activities and inputs: La technique culturale du lupin comprend :
-Le semis de la graine à la volée, la période optimale de semis se situe en général entre octobre et novembre (le lupin a besoin d’un certain degré de froid pour initier précocement la floraison). Le semis peut éventuellement s’étendre jusqu’à mi-décembre, mais les semis précoce donnent généralement les meilleurs rendements. La densité de semis est de 100 kg/ha pour le lupin blanc.
-Le labour (un labour superficiel de 20-25 cm de profondeur est suffisant) est effectué pour enfouir la graine ; il est généralement réalisé à l’araire tiré par deux mulets sur les versants en pente, en zone plates la charrue métallique ou le tracteur remplace l’araire.
-La fertilisation, la culture du lupin ne demande aucun apport d’azote ou autres fertilisants, grâce à la fixation symbiotique. Aucun désherbage n’est effectué.
-Le lupin est pâturé au cours du mois de mars et est épargné après pour qu’il reprenne.
-La récolte se fait au mois de juin et la moisson est réalisée manuellement à l’aide de faucilles.
Les restes de la plante sont pâturés.
-La production en graines est de 8 à 10 quintaux/ha, en biomasse elle est de 30quintaux/ha.

Natural / human environment: Environnement naturel
-Topographie : plateau interrompue par les versants du Grou et de bouregreg,
-Bioclimat : subhumide au nord-est et semi-aride vers le sud-est.
-Climat : précipitations moyennes annuelles de l’ordre de 500mm, mais varient considérablement d’une année à l’autre. La température moyenne mensuelle du mois le plus froid est de 11° alors que la température moyenne mensuelle du mois le plus chaud est de 23°.
Sols : prédominance des sols argilo-sableux pauvres en matière organique
Végétation naturelle : présence d’une subéraie de chaîne liège occupant plus du tiers de la superficie de la commune.
Activités humaines
- La zone est initialement à vocation pastorale mais elle connait actuellement une certaine diversité de l’utilisation des terres. Sur les rebords du plateau aux pentes relativement fortes, l’utilisation du sol est marquée par le caractère traditionnel. Les parcelles sont peu étendues, les cultures céréalières d’hiver prédominent (blé dur et tendre, orge), les cultures printanières sont secondaires et à caractère vivrier (fêve, pois-chiche, maïs). En surface du plateau, notamment dans la partie nord de la commune de Shoul, s’étendent des fermes plus ou moins modernes implantées par une bourgeoisie citadine qui a axé son intervention sur le développement des cultures irriguées à partir des eaux de la nappe phréatique. Les exploitations y sont plus étendues et mieux entretenues.
- La forêt constitue un espace très convoité à la fois comme parcours et comme sources de bois d’énergie. Elle fournit des ressources fourragères naturelles et gratuites et constitue ainsi un support incontestable pour l’élevage, activité à la fois, principale et traditionnelle dans la région.
- Les parcours hors forêts sont très réduits (12% de la superficie totale de la commune de Shoul) à cause de l’appropriation et la mise en culture des terrains. Seuls les terrains collectifs et les jachères sont utilisés actuellement comme parcours et montrent généralement les signes d’une dégradation inquiétante.

2.3 Photos de la Technologie

2.5 Pays/ région/ lieux où la Technologie a été appliquée et qui sont couverts par cette évaluation

Pays:

Maroc

Région/ Etat/ Province:

Salé

Autres spécifications du lieu:

Sehoul

Spécifiez la diffusion de la Technologie:
  • répartie uniformément sur une zone
Si la Technologie est uniformément répartie sur une zone, précisez la superficie couverte (en km2):

2,0

Commentaires:

Total: 2 km2.

la superficie occupée par les légumineuses fourragères a diminué

2.6 Date de mise en œuvre de la Technologie

Si l'année précise est inconnue, indiquez la date approximative: :
  • il y a entre 10-50 ans

2.7 Introduction de la Technologie

  • introduite par les collons
Commentaires (type de projet, etc.) :

Le lupin (comme plante fourragère) a été introduit par les colons français (1912-1956) et les exploitants ont continué à l’utiliser depuis en rotation avec d’autres cultures.

3. Classification de la Technologie de GDT

3.2 Type(s) actuel(s) d'utilisation des terres, là où la Technologie est appliquée

Terres cultivées

Terres cultivées

  • Cultures annuelles
Cultures annuelles - Précisez les cultures:
  • cultures fourragères - autres
  • céréales - maïs
  • céréales - orge
  • légumineuses et légumes secs - autres
  • légumineuses et légumes secs - fèves
  • blé
Précisez:

Longest growing period in days: 300Longest growing period from month to month: octobre-juillet

Commentaires:

Principales cultures (vivrières et commerciales): Blé tendre, légumineuses, fève, maïs, lupin Orge

Major land use problems (compiler’s opinion): Sols pauvres, cultures non couvrantes, épuisement des sols, baisse de la fertilité et de la matière organique

Major land use problems (land users’ perception): Baisse de la productivité , tassement et encroûtement des sols,

Future (final) land use (after implementation of SLM Technology): Cropland: Ca: Annual cropping

Livestock is grazing on crop residues

3.3 Est-ce que l’utilisation des terres a changé en raison de la mise en œuvre de la Technologie ?

Est-ce que l’utilisation des terres a changé en raison de la mise en œuvre de la Technologie ?
  • Oui (Veuillez remplir les questions ci-après au regard de l’utilisation des terres avant la mise en œuvre de la Technologie)
Pâturages

Pâturages

  • Extensive grazing

3.4 Approvisionnement en eau

Commentaires:

Water supply: cultures pluviales, mixtes : pluviales-irriguées

3.6 Mesures de GDT constituant la Technologie

pratiques agronomiques

pratiques agronomiques

  • A2: Matière organique/ fertilité du sol
Commentaires:

Main measures: agronomic measures

Type of agronomic measures: meilleure couverture végétale, culture en association avec légumineuses, rotations / jachères, travail du sol isohypse

3.7 Principaux types de dégradation des terres traités par la Technologie

dégradation chimique des sols

dégradation chimique des sols

  • Cn: baisse de la fertilité des sols et réduction du niveau de matière organique (non causée par l’érosion)
dégradation biologique

dégradation biologique

  • Bq: baisse de la quantité/ biomasse
Commentaires:

Main causes of degradation: déforestation / disparition de la végétation naturelle (inclus les feux de forêts) (Le défrichement total est à l’origine des problème de dégradation des sols), autres causes naturelles (avalanches, éruptions volcaniques, topographie extrême, coulée de boue, etc.) Spécifier. (la fragilité des sols de la zone visible à l'épaisseur très réduite du profil arable et à la faible teneur en matière organique), pauvreté / santé

Secondary causes of degradation: gestion des cultures (annuelles, pérennes, arbre/buissons) (La monoculture céréalière qui a remplacé la forêt n’est pas en mesure de fournir la couverture nécessaire aux sols et la gestion inadéquate de la fertilité du sol a conduit à la baisse des taux de m), surpâturage (Après le rétrécissement de la superficie des parcours en relation avec l’extension des cultures, la charge animale a augmenté et la vaine pâture a reculé.), pression de la population, éducation, accès à la connaissance et aux conseils

3.8 Prévention, réduction de la dégradation ou réhabilitation des terres dégradées

Spécifiez l'objectif de la Technologie au regard de la dégradation des terres:
  • prévenir la dégradation des terres
Commentaires:

Main goals: prevention of land degradation

4. Spécifications techniques, activités, intrants et coûts de mise en œuvre

4.1 Dessin technique de la Technologie

Spécifications techniques (associées au dessin technique):

la parcelle emblavé par le lupin occupe le haut du versant caractérisé par des sols très fragiles en relation avec leur épaisseur réduite (20 à 40cm) et le faible taux de matière organique.

Location: Haut bassin versant de Ain Bendar. Salé

Date: 2008/03/15

Technical knowledge required for field staff / advisors: faible

Technical knowledge required for land users: moyen

Main technical functions: amélioration de la couverture du sol, augmentation de la biomasse (quantité)

Secondary technical functions: augmentation de la matière organique, augmentation de la disponibilité des nutriments (réserve, recyclage, …), augmentation de l'infiltration, développement des espèces végétales et de la variété (qualité, ex: fourrage appétent)

Better crop cover
Material/ species: Lupin (légumineuse)
Quantity/ density: 23p/m²
Remarks: au mois de mars

Rotations / fallows
Material/ species: légumineuses / céréales
Quantity/ density: 1/2
Remarks: les légumineuses sont cultivées en rotation avec les céréales 1 fois sur 2ans

Contour tillage
Material/ species: Araire ou charrue et mulets
Quantity/ density: 1araire.
Remarks: 2mulets

Auteur:

Issam Machmachi, 3, Avenue Ibn Battouta, BP 1040, Rabat, Maroc

4.2 Informations générales sur le calcul des intrants et des coûts

autre/ monnaie nationale (précisez):

Dirham

Indiquez le taux de change des USD en devise locale, le cas échéant (p.ex. 1 USD = 79.9 réal brésilien): 1 USD = :

8,0

Indiquez le coût salarial moyen de la main d'œuvre par jour:

5.00

4.3 Activités de mise en place/ d'établissement

Activité Calendrier des activités (saisonnier)
1. Achat d'un araire
2. Achat d'une charrue metallique
3. Achat d'équidées
4. Achat d'une charrette

4.4 Coûts et intrants nécessaires à la mise en place

Spécifiez les intrants Unité Quantité Coûts par unité Coût total par intrant % du coût supporté par les exploitants des terres
Equipements Faucilles None 1,0 3,0 3,0 100,0
Equipements Araire None 1,0 20,0 20,0 100,0
Equipements Charrue metallique None 1,0 42,0 42,0 100,0
Equipements équidées None 2,0 2703,0 5406,0 100,0
Equipements Charrete None 1,0 203,0 203,0 100,0
Coût total de mise en place de la Technologie 5674,0
Coût total de mise en place de la Technologie en dollars américains (USD) 709,25
Commentaires:

Durée de l'établissement: 12 mois
Durée de vie du araire: 10 ans
Durée de vie de la charrue metallique, les équidées et la charrette: 30 ans

4.5 Activités d'entretien/ récurrentes

Activité Calendrier/ fréquence
1. semis dès les premières pluies d'Automne
2. labour après semis
3. moisson fin juin
4. collecte et mise en reserve fin de moisson

4.6 Coûts et intrants nécessaires aux activités d'entretien/ récurrentes (par an)

Spécifiez les intrants Unité Quantité Coûts par unité Coût total par intrant % du coût supporté par les exploitants des terres
Main d'œuvre Plantation hommes/jours 1,0 5,0 5,0 100,0
Main d'œuvre Récolte hommes/jours 2,0 10,0 20,0 100,0
Main d'œuvre Moisson hommes/jours 2,0 10,0 20,0 100,0
Main d'œuvre Collecte et mise en reserve hommes/jours 1,0 5,0 5,0 100,0
Matériel végétal Semis None 100,0 0,42 42,0 100,0
Coût total d'entretien de la Technologie 92,0
Coût total d'entretien de la Technologie en dollars américains (USD) 11,5
Commentaires:

Machinery/ tools: labour haut versant= araire en bois, labour pente moyenneou douce=charrue metallique, superficie importante=tracteur

Coût par rapport à l’hectare de terre travaillée

4.7 Facteurs les plus importants affectant les coûts

Décrivez les facteurs les plus importants affectant les coûts :

les équipements et les semences

5. Environnement naturel et humain

5.1 Climat

Précipitations annuelles
  • < 250 mm
  • 251-500 mm
  • 501-750 mm
  • 751-1000 mm
  • 1001-1500 mm
  • 1501-2000 mm
  • 2001-3000 mm
  • 3001-4000 mm
  • > 4000 mm
Zone agro-climatique
  • subhumide
  • semi-aride

Thermal climate class: subtropics. La température moyenne mensuelle du mois le plus froid est de 11°c et la température moyenne mensuelle du mois le plus chaud est de 23° c; Hiver chaud et quasi absence des précipitation en été

5.2 Topographie

Pentes moyennes:
  • plat (0-2 %)
  • faible (3-5%)
  • modéré (6-10%)
  • onduleux (11-15%)
  • vallonné (16-30%)
  • raide (31-60%)
  • très raide (>60%)
Reliefs:
  • plateaux/ plaines
  • crêtes
  • flancs/ pentes de montagne
  • flancs/ pentes de colline
  • piémonts/ glacis (bas de pente)
  • fonds de vallée/bas-fonds
Zones altitudinales:
  • 0-100 m
  • 101-500 m
  • 501-1000 m
  • 1001-1500 m
  • 1501-2000 m
  • 2001-2500 m
  • 2501-3000 m
  • 3001-4000 m
  • > 4000 m
Commentaires et précisions supplémentaires sur la topographie:

Cette tranche d’altitude coïncide avec le fond des vallées de l’oued Bouregreg et de l’oued Grou (10% de la superficie totale) . Cette tranche concerne le reste du plateau de Shoul. Cette tranche d’altitude coïncide avec le fond des vallées de l’oued Bouregreg et de l’oued Grou (10% de la superficie totale) . Cette tranche concerne le reste du plateau de Shoul. les versants bordiers de Bouregreg et du grou sont disséqués en pysage valloné . Sehoul présente aussi de larges fonds de vallées

5.3 Sols

Profondeur moyenne du sol:
  • très superficiel (0-20 cm)
  • superficiel (21-50 cm)
  • modérément profond (51-80 cm)
  • profond (81-120 cm)
  • très profond (>120 cm)
Texture du sol (de la couche arable):
  • grossier/ léger (sablonneux)
  • moyen (limoneux)
Texture du sol (> 20 cm sous la surface):
  • grossier/ léger (sablonneux)
  • moyen (limoneux)
Matière organique de la couche arable:
  • moyen (1-3%)
  • faible (<1%)

5.4 Disponibilité et qualité de l'eau

Qualité de l’eau (non traitée):

eau potable

5.5 Biodiversité

Diversité des espèces:
  • faible
Commentaires et précisions supplémentaires sur la biodiversité:

la biodiversité a régréssé à cause du défrichment. à l'intérieur de la forêt le ciste est dominant.

5.6 Caractéristiques des exploitants des terres appliquant la Technologie

Orientation du système de production:
  • subsistance (auto-approvisionnement)
  • exploitation mixte (de subsistance/ commerciale)
Revenus hors exploitation:
  • moins de 10% de tous les revenus
Niveau relatif de richesse:
  • très pauvre
  • pauvre
Individus ou groupes:
  • individu/ ménage
Genre:
  • hommes
Indiquez toute autre caractéristique pertinente des exploitants des terres:

Land users applying the Technology are mainly common / average land users

Difference in the involvement of women and men: la tradition fait que l'homme s'occupe des travaux du ménage et les hommes du travail au champs.

Population density: 10-50 persons/km2

Annual population growth: 0.5% - 1%

12% of the land users are very rich and own 1% of the land.
19% of the land users are rich and own 5% of the land.
25% of the land users are average wealthy and own 12% of the land.
24% of the land users are poor and own 22% of the land.
20% of the land users are poor and own 60% of the land.

Off-farm income specification: il n'y a pas de différence majeure

5.7 Superficie moyenne des terres utilisées par les exploitants des terres appliquant la Technologie

  • < 0,5 ha
  • 0,5-1 ha
  • 1-2 ha
  • 2-5 ha
  • 5-15 ha
  • 15-50 ha
  • 50-100 ha
  • 100-500 ha
  • 500-1 000 ha
  • 1 000-10 000 ha
  • > 10 000 ha
Cette superficie est-elle considérée comme de petite, moyenne ou grande dimension (en se référant au contexte local)?
  • petite dimension
Commentaires:

60% du nombre d’exploitants cette catégorie englobe en fait toutes les superficies inférieures à 5ha. Y compris les sans terres.

5.8 Propriété foncière, droits d’utilisation des terres et de l'eau

Propriété foncière:
  • individu, avec titre de propriété
  • en association
Droits d’utilisation des terres:
  • accès libre (non organisé)
Droits d’utilisation de l’eau:
  • accès libre (non organisé)
Commentaires:

le mode dominant est le melk (la propriété privée 52%), suivi de l'association (13%)

5.9 Accès aux services et aux infrastructures

santé:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
éducation:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
assistance technique:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
emploi (par ex. hors exploitation):
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
marchés:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
énergie:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
routes et transports:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
eau potable et assainissement:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne
services financiers:
  • pauvre
  • modéré
  • bonne

6. Impacts et conclusions

6.1 Impacts sur site que la Technologie a montrés

Impacts socio-économiques

Production

production agricole

en baisse
en augmentation
Quantité avant la GDT:

10qt /ha

Quantité après la GDT:

18qt/ha

diversité des produits

en baisse
en augmentation
Quantité avant la GDT:

2 cultures

Quantité après la GDT:

8 cultures

Revenus et coûts

revenus agricoles

en baisse
en augmentation

Impacts socioculturels

opportunités culturelles

réduit
amélioré
Quantité avant la GDT:

2culture

Quantité après la GDT:

8culture

Impacts écologiques

Sols

humidité du sol

en baisse
en augmentation
Quantité avant la GDT:

4,99%

Quantité après la GDT:

10,31%

perte en sol

en augmentation
en baisse
Quantité avant la GDT:

2 g/h/m²

Quantité après la GDT:

0,49g/h/m²

cycle/ recharge des éléments nutritifs

en baisse
en augmentation
Quantité avant la GDT:

0

Quantité après la GDT:

50kg/ha

matière organique du sol/ au dessous du sol C

en baisse
en augmentation
Quantité avant la GDT:

0,88%

Quantité après la GDT:

2,21%

Biodiversité: végétale, animale

diversité végétale

en baisse
en augmentation
Quantité avant la GDT:

2culture

Quantité après la GDT:

8culture

6.2 Impacts hors site que la Technologie a montrés

envasement en aval

en augmentation
en baisse

6.3 Exposition et sensibilité de la Technologie aux changements progressifs et aux évènements extrêmes/catastrophes liés au climat (telles que perçues par les exploitants des terres)

Changements climatiques progressifs

Changements climatiques progressifs
Saison Augmentation ou diminution Comment la Technologie fait-elle face à cela?
températures annuelles augmente bien

Extrêmes climatiques (catastrophes)

Catastrophes météorologiques
Comment la Technologie fait-elle face à cela?
pluie torrentielle locale pas bien
tempête de vent locale pas bien
Catastrophes climatiques
Comment la Technologie fait-elle face à cela?
sécheresse pas bien
Catastrophes hydrologiques
Comment la Technologie fait-elle face à cela?
inondation générale (rivière) pas bien

Autres conséquences liées au climat

Autres conséquences liées au climat
Comment la Technologie fait-elle face à cela?
réduction de la période de croissance pas connu

6.4 Analyse coûts-bénéfices

Quels sont les bénéfices comparativement aux coûts de mise en place (du point de vue des exploitants des terres)?
Rentabilité à court terme:

négative

Rentabilité à long terme:

positive

Quels sont les bénéfices comparativement aux coûts d'entretien récurrents (du point de vue des exploitants des terres)?
Rentabilité à court terme:

neutre / équilibrée

Rentabilité à long terme:

légèrement positive

Commentaires:

les bénéfices de la rotation ne peuvent être senti que sur le long terme, une fois les dépenses de la mise en place sont amorties.

6.5 Adoption de la Technologie

De tous ceux qui ont adopté la Technologie, combien d'entre eux l'ont fait spontanément, à savoir sans recevoir aucune incitation matérielle, ou aucune rémunération? :
  • 91-100%
Commentaires:

40 land user families have adopted the Technology without any external material support

There is no trend towards spontaneous adoption of the Technology

Comments on adoption trend: La technologie est en régression étant donné que l’emploi des fertilisants a permis la pratique d’un assolement céréales/céréales et que les emences sont devenues chères.

6.7 Points forts/ avantages/ possibilités de la Technologie

Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue de l'exploitant des terres
Meilleure gestion de la fertilité des terres
Points forts/ avantages/ possibilités du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé
Maintien de la fertilité des sols
Technologie peu coûteuse
Technologie ne nécessitant pas une grande connaissance en matière de CES

6.8 Faiblesses/ inconvénients/ risques de la Technologie et moyens de les surmonter

Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue de l’exploitant des terres Comment peuvent-ils être surmontés?
Réduit le recours à la jachère et éloigne le troupeau des terres de l exploitation occupée par les cultures toute l’ année Remplacer les légumineuses par les cultures fourragères plein champ
Faiblesses/ inconvénients/ risques du point de vue du compilateur ou d'une autre personne ressource clé Comment peuvent-ils être surmontés?
Risque d’érosion pour les cultures printanières (maïs ) car le sol reste à nu pendant la période de fortes pluviosité Pratiquer une culture dérobée comme précédant cultural des légumineuses ou du maïs pour couvrir le sol durant la période de fortes pluies, oulaisser les résidus de cultures antérieures
Demande beaucoup de main d’œuvre familiale et d’animaux de trait Utilisation de la mécanisation.

7. Références et liens

7.1 Méthodes/ sources d'information

7.2 Références des publications disponibles

Titre, auteur, année, ISBN:

Antari M. (2007) : Mesure de l’érosion et du ruissemellent dans le micro-bassin versant Matlaq et essai de modélisation (Région de Rabat, Maroc). Thèse de Doctorat, Université Mohammed V-Agdal, Faculté des Lettres et Science Humaines, Rabat. 218p.

Disponible à partir d'où? Coût?

Bibliothèque de la Faculté des Lettres et Science Humaines, Rabat, Maroc

Titre, auteur, année, ISBN:

Nafaa R. (1997) : Dynamique du milieu naturel de la Mamora : paléoenvironnements et évolution actuelle de la surface. Thèse d’Etat en géographie physique, FLSH Rabat, 275p

Disponible à partir d'où? Coût?

Bibliothèque de la Faculté des Lettres et Science Humaines, Rabat, Maroc

Titre, auteur, année, ISBN:

Ghanem H. (1981) : Contribution à la connaissance des sols du Maroc. Genèse et répartition des sols des régions des Zaers, de la basse Chaouia et des Shouls (Méséta marocaine). Cahiers de la Recherche Agronomique n°37&38, INRA, Rabat.

Disponible à partir d'où? Coût?

Bibliothèque de la Faculté des Lettres et Science Humaines, Rabat, Maroc

Titre, auteur, année, ISBN:

DPA (2001) : Projet de mise en valeur bour des Shouls. Direction Provinciale de l’Agriculture, Rabat.

Disponible à partir d'où? Coût?

Direction Provinciale de l’Agriculture, Rabat.

Titre, auteur, année, ISBN:

DPA (2002): Étude de l’analyse des sols dans le périmètre de mise en valeur en bour des Shouls. Evaluation de la fertilité des sols et fertilisation des cultures. Marché négocié 01-2002-DPA-36.

Disponible à partir d'où? Coût?

Direction Provinciale de l’Agriculture, Rabat.

Modules